21.6 C
Yaoundé
dimanche, 16 juin 2024

Violences à l’égard des femmes: Stéphane Edouard, persona non grata à l’Université de Toulouse 1

Le youtubeur viriliste, très connu pour ses positions parfois ambigües sur les droits des femmes paye ainsi le prix de ses déclarations sur le viol.

« Sans arme et sans coup, vous ne pouvez pas violer une femme, ce n’est pas possible. Essayez avec votre sœur ou votre cousine […] Vous ne pouvez pas immobiliser suffisamment une femme adulte et la pénétrer ». C’est cette déclaration faite par le youtubeur et essayiste qui lui ont valu son retrait de jury la finale du concours interdisciplinaire de plaidoirie (CIP) prévue à l’université Toulouse-I Capitole ce 08 mars 2023. En effet l’influenceur très adulé de la droite française devait faire partie du « jury d’exception » de la compétition, aux côtés du juriste et président de l’université, le camerounais Hugues Kenfack, mais aussi de la comédienne Anne-Sophie Girard ou encore de la chanteuse belge Mentissa. Mais ses propos sur le viol n’ont pas échappé aux organisations de défense des droits de la femme et à l’administration de l’Université qui a choisi de se séparer de lui.
Dans son intervention sur le viol, Stéphane Edouard précise que : « La nana qui dit “j’ai été violée avec pénétration” et il n’y a pas d’arme et pas de coup, c’est extrêmement suspect. » Même le collectif de « féministes » identitaires Némésis n’a pas manqué de condamner ce discours sur Twitter et précisant que “le viol d’une femme est impossible sans l’usage de la force” » dénonce l’association, rappelant que le « viol brutal, commis tel qu’on l’imagine par un inconnu avec un couteau dans la rue est certes spectaculaire », mais reste minoritaire. « Sans parler des viols commis avec l’aide d’une drogue type GHB. Les victimes n’en seraient donc pas vraiment puisqu’elles ne se sont pas débattues ? » Ajoutent encore les militantes.

De fait, les statistiques contredisent les assertions de Stéphane Édouard. D’après l’enquête « Virage » réalisée en 2015 par l’Institut national d’études démographiques (INED) et citée par le site gouvernemental « arretonslesviolences.gouv.com », les viols et tentatives de viols sont commis dans 91 % des cas par « une personne connue de la victime ». Dans une autre étude menée par l’université de Lille en 2021 et rapportée par Le Monde, le recours à la force comme mode de coercition pour obtenir un contact sexuel n’est mentionné que part 48 % des femmes interrogées. La moitié (50 %) évoque toutefois une pression verbale et 45 % une intoxication à l’alcool ou aux stupéfiants.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes