20.3 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Promotion de l’aquaculture au Cameroun

Le gouvernement résolu à accompagner les investisseurs nationaux et étrangers.

Le Comité interministériel mise en place pour le suivi de cette initiative s’est réuni pour la première fois le 21 juin 2021 à Yaoundé. L’objectif du gouvernement camerounais est de diminuer au maximum les importations des produits halieutiques, notamment le poisson.

Le poisson est très prisé par les ménages au Cameroun et la production nationale ne peut satisfaire tout le monde. Des informations recueillies auprès du ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales, la demande en produits halieutiques par an est estimée à 500.000 tonnes. En 2019 , les aquaculteurs ont pu mettre à la disposition des consommateurs, 9.100 tonnes de poisson. Le déficit d’approvisionnement est donc énorme et le gouvernement s’échine à le combler en se tournant vers l’extérieur. Le Cameroun malgré ses efforts ces 03 dernières années de réduire les importations, faire encore venir de l’extérieur, 185.000 tonnes de poisson pour satisfaire les ménages. Ce qui constitue bien un manque à gagner.
Les investisseurs privés nationaux et même étrangers qui ce sont lancés bien avant l’avis de sollicitation à manifestation d’intérêt émis par le gouvernement, ont éprouvé d’énormes difficultés . Pour cette nouvelle aventure, ils attendent du gouvernement un certain nombre de facilités. C’est le cas de Jean Claude Tchatchouang qui a répondu favorablement à l’appel des pouvoirs publics : « première chose, nous attendons du gouvernement des appuis multiformes. D’abord au niveau du terrain, c’est important d’avoir des espaces pour investir. Deuxième chose, c’est au niveau des alevins. Nous avons un gros déficit en matière de production d’alevins ». C’est le même plaidoyer pour Djam Wilfried Chath, investisseur venu du Nigeria : « Nous attendons des facilitations. Il faut que le gouvernement créé un environnement qui nous permet d’investir facilement, d’importer des équipements et mettre les ressources humaines sur le terrain pour augmenter rapidement la production aquacole au Cameroun. Il faut développer une technique pour produire les aliments. Je puis vous dire que, obtenir un terrain au Cameroun pour investir reste encore difficile ».
Pour inciter les investisseurs privés nationaux et étrangers au développement de l’aquaculture, le gouvernement camerounais a décidé de les accompagner de façon multiformes : « Dans la loi de finance 2021,il y a l’exonération de tous les droits de douane et de TVA sur tous les équipements aquacoles importés et les intrants aussi », a fait savoir, Divine Ngala Tombuh, sous-Directeur de l’aquaculture au ministère de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales et par ailleurs Coordonnateur du Secrétariat Technique du Comité interministériel chargé de l’accompagnement des investisseurs dans la filière aquacole au Cameroun. Pour des espaces, il a laissé entendre que des sites existent. Ils sont disponibles à tout camerounais ou étranger qui veut se lancer dans l’aquaculture. Pour l’avis de sollicitation à manifestation d’intérêt lancé à cet effet, 117 opérateurs ont déposé leur dossiers dont 05 étrangers et 112 fils du pays. 07 régions ont été choisies par les soumissionnaires pour développer leurs projets a fait savoir le ministre Docteur Taïga. Il s’agit du Centre, de l’Ouest, de l’Adamaoua, de l’Est , du Sud, du Sud-Ouest et du Littoral. Il ne reste plus qu’à espérer que les fruits tiendront la promesse des fleurs.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes