22.2 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Quand Elon Musk et Wittgenstein inspirent une pensée sur la condition humaine

Il y a quelques jours, je regardais une courte vidéo de l’entrepreneur richissime Elon Musk. On lui a demandé pourquoi il s’intéressait à la conquête spatiale et pourquoi continuer à travailler alors que vous valez 184 milliards d’actifs. Il répond qu’il a traversé une crise existentielle dans ses jeunes années en essayant de trouver le sens de la vie. «J’ai lu des livres religieux , tous, et je les trouve peu convaincants. J’ai lu les philosophes, ils sont pires, » a-t-il dit – et « il n’y a pas de sens à la vie si nous ne lui en donnons pas un. »

                               Elon Musk

Quand j’ai écouté les paroles de Musk, je ne pouvais qu’éprouver une certaine sympathie et empathie pour lui. Son parcours a été le mien et celui de la plupart des gens, confrontés au malaise de la vie, s’interrogeant intelligemment sur le sens de la vie. La conclusion de Musk a une certaine validité. Mais qu’entend-on vraiment par donner un sens à sa vie ? Il me semble que donner un sens à sa vie est largement compris comme s’engager dans des activités qui nous ‘intéressent ; s’engager dans des activités pour façonner et peut être agrémenter l’environnement, la politique, le tissu social. Même si de telles activités pourraient en valoir la peine, elles ne suffisent malheureusement pas à apaiser notre malaise persistant et notre inconfort persistant. En fait, ces activités semblent souvent un effort inconscient pour garder notre attention loin de la question existentielle primordiale et innée que la nature implante en nous : Que faites-vous ici et pourquoi ne vous sentez-vous pas à l’aise? – Je dois souligner que ces questions surgissent dans l’esprit des plus sensibles à la voix de l’existence. D’après mon expérience, certaines personnes semblent n’avoir jamais éprouvé une telle préoccupation comme si elles vivaient une existence semblable à celle d’un animal, dans un état de simple contentement ; Une observation assez intrigante. Mais pour la plupart, un malaise semble là. Et il est évident dans nos obsessions, nos comportements pathologiques, notre cruauté les uns envers les autres et envers les autres créatures.

                               Ludwig Wittgenstein

Hier, je regardais un film théâtral des années quatre-vingt-dix intitulé Wittgenstein, une sorte de biographie de la vie du philosophe autrichien du 20ème siècle. J’étais déconcerté par les épisodes de colère fréquents, et ses actes de violence autodéclarés contre des enfants qui ne pouvaient pas comprendre son enseignement, et son grand malaise général avec la vie jusqu’à ses dernières années. Pourtant, l’homme a été présenté comme les plus grands philosophes du siècle. Personne ne devrait douter de son intellect et de son intelligence aigüe, mais quel est l’intérêt d’exercer ces attributs s’ils ne donnent pas une meilleure qualité de vie pour soi-même, une plus grande facilité avec la vie ?
Quand Elon Musk dit qu’il trouve les textes peu convaincants, je me suis demandé de quoi voulait-il être convaincu ? Les Musk et les Wittgenstein pensent-ils que la vie peut être comprise par la seule logique ? Construisez et lancez des fusées dans l’espace, écrivez de grands traités, voyagez autour du monde, passez du temps quotidiennement avec vos amis et votre famille; toutes ces activités sont certainement d’une certaine importance, mais soyons francs, ce ne sont que des agitations lorsque l’ on regarde à plus grande échelle. Considérez ces lignes pour bien comprendre ce que j’essaie de transmettre : « Peu traversent la rivière ; La plupart est bloquée de ce côté de la rive. Ils montent et descendent. Mais le sage qui suit les chemins traverse le fleuve au-delà de la portée de la mort.»

                          Elon Musk et Ludwig Wiitgenstein

De quoi avons-nous besoin d’ être convaincus? Y a-t-il quelque chose de convaincant pour apaiser votre malaise avec la vie, avec la mort ? Savoir ce qui est à l’extérieur, ce qui se trouve au-delà de l’atmosphère ou sous la croûte terrestre, et même entre les deux, c’est de la simple information, de la science. S’attarder sur ce genre de connaissances fait de quelqu’un un étranger parce que toute l’attention et les sens sont concentrés sur le monde extérieur. Mais qu’en est-il de la connaissance subjective, de cette demeure de la sagesse? Cela me rappelle les déclarations suivantes : « L’homme, connais toi-même, tu connaîtras l’univers et Dieu » ; cette citation aurait été écrite à l’entrée du temple d’Apollon à Delphes; « Se comprendre soi-même est naturellement heureux. » ; « Mon peuple périt par manque de connaissance. »
Ne soyons plus déséquilibrés, embrassons cette dualité de la connaissance, c’est-à-dire celle qui demande à être convaincue, et celle qui n’a pas besoin d’argument, mais juste d’une acceptance du mystère qui transforme, qui humanise, qui deifie. Peut-être alors une plus grande facilité, un plus grand confort, une plus grande aise s’ouvrira-t-elle devant nous. Qu’y a-t-il vraiment a perdre pour nous ?

Kunga Dondrup

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes