20.3 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Cameroun : guerre ouverte entre éleveurs et pêcheurs à l’Extrême- Nord.

Les pêcheurs et éleveurs dans la région de l’Extrême-Nord mènent une bataille sans pitié . Les conflits entre les deux communautés ont déjà fait près de 22 morts, 30 blessés et 30.000 déplacés depuis le 05 décembre 2021.

Les pêcheurs ( Mousgoum) et les pêcheurs( Arabes Choas) n’ont toujours pas enterré la hache de guerre. Les deux communautés vivant dans le Logone- Birni à l’Extrême-Nord s’opposent dans un conflit sanglant qui tire son origine de l’eau. D’après le gouverneur de cette région Midjiyawa Bakari «   Les pêcheurs ont l’habitude de faire des trous, de monter des digues pour retenir l’eau et le poisson. Mais, ils trouvent que dans ces eaux, les éleveurs viennent également faire boire leurs troupeaux et parfois  les bœufs tombent et périssent dans ces trous ».

Le 05 décembre dernier , les deux communautés ont été sans pitié l’une envers l’autre.  Le même problème a fait éclaté à nouveau une bataille sans merci. D’après le bilan avancé par le Haut Commissariat des Nations -Unies, l’on a enregistré 22 morts, 30 blessés et près de 30 000 déplacés. Ces derniers ont trouvé refuge dans les pays voisins notamment au Tchad.

L’individualisme des pêcheurs et éleveurs porte bien des fruits du malheur. Pour des intérêts purement égoïstes, les deux communautés se laissent emporter par la colère au mépris du respect du genre humain. La vie humaine passe après celle des bêtes et des cultures. Le problème paralyse toute initiative de vie commune harmonieuse et remet en question l’autorité des représentants du Chef de l’Etat dans cette partie du Pays.

Le gouvernement sur le banc des accusé

Le problème d’eau dans la partie septentrionale du pays date de Mathusalem. Le précieux liquide a toujours été source de conflits entre les peuples surtout entre éleveurs et agriculteurs. Pour résoudre  définitivement ce problème, le gouvernement avait en 2011, promis de creuser des forages dans le grand Nord. 3000 forages au total devaient résoudre le problème de la rareté de l’eau ici. Seulement 10 ans se sont écoulés, les beaux discours n’ont produit aucun effet. La désolation est totale. Toute initiative de développement de ce genre échoue où meurt entre Yaoundé et le septentrion. Conclusion , l’on continue d’assister à des scènes d’horreur, de violences et de massacres entre frères. Les uns vivant des fruits de l’agriculture et les autres de l’élevage.

Des délégations dépêchées par le ministre de l’Administration Territoriale sont descendues dans le Logone et Chari pour diagnostiquer le problème afin de trouver une solution définitive.  Cette solution saute d’ailleurs aux yeux au premier regard. Pour un problème aussi simple, l’on note l’impuissance du gouvernement à le résoudre . D’aucuns refusent de croire à l’hypothèse d’un manque de moyens de la part de l’Etat.  L’on a plutôt tendance à penser qu’il s’agit d’un esprit d’irresponsabilité et surtout d’inertie tant décriée qui anime certains membres du gouvernement.  Certains acteurs de la société civile estiment qu’il faut croire à un manque de sérieux des autorités qui refusent de doubler d’ardeur au travail pour permettre à ces populations d’avoir de l’eau et surtout de l’eau potable. Le gouvernement peine aussi à instaurer un dialogue franc visant le retour à l’harmonie et à la cohésion sociale entre les deux communautés. En date du 15 décembre 2021, une autre délégation instruit par le Chef de l’Etat a séjourné dans la ville de Kousseri ayant à sa tête , le ministre de l’Administration Territoriale. Paul Atanga Nji a tenu une réunion de crise avec les principaux leaders de ces communautés. C’était en présence des autorités locales avant de prendre la direction du Tchad pour échanger avec les autorités de ce pays voisin qui a accueilli près de 38.000 camerounais fuyant les hostilités et les affrontements entre les Mousgoum et les Arabes Choas. Des dons du Chef de l’Etat ont été remis à ces réfugiés .

La situation aux dernières nouvelles,  est revenue au calme, près de 5000 personnes ont regagné leurs villages à ce jour. Seulement, pour éviter encore des effusions et des bains de sang, l’on espère que le gouvernement va prendre le taureau par les cornes pour doter le Septentrion de 3000 forages promis en 2011. Juste wait ans see !

 

SourceJB Abob

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes