22.8 C
Yaoundé
mercredi, 12 juin 2024

Pagne du 8 mars- : La CICAM ne s’en sort pas

 Le Cameroun et la Communauté Internationale s’apprêtent à célébrer le 8 mars 2022, la 37e édition de la Journée internationale de la femme. Malheureusement, l’entreprise Cotonnière Industrielle du Cameroun (CICAM) qui produit en masse les pagnes de commémoration de cette journée semble tirer le diable par la queue.

 L’état de santé de la Cotonnière Industrielle du Cameroun (CICAM) depuis quelques temps n’est pas du tout reluisant. Selon un article du site Investir au Cameroun, les turbines des deux usines de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam) à Douala, ne fonctionnent  plus depuis le 21 juillet 2021. Ces deux unités spécialisées dans la production des tissus imprimés (pagnes) et des serviettes, sont à l’arrêt depuis cette date, en raison de la suspension de l’approvisionnement en énergie, selon des sources internes à l’entreprise.

Les raisons de la suspension d’énergie

D’après la source sus évoquée, l’entreprise Gaz du Cameroun (GDC), filiale du Britannique Victoria Oil and Gas (VOG), qui exploite le champ de gaz de Logbaba, a suspendu les livraisons de gaz à la Cicam, à cause des impayés de 630 millions de FCFA. Un autre conflit du genre oppose la CICAM à Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité qui accumule également auprès de l’entreprise publique des factures de plus d’un milliard de FCFA.

Conséquences

La situation d’endettement de la CICAM a entrainé de nombreuses pertes au sein de cette entreprise spécialisée dans le textile. L’arrêt des deux usines de Douala cause des pertes cumulées de 13,4 milliards de FCFA entre 2018 et 2020 avec à la clé,  Plusieurs employés au chômage. Un cadre de CICAM soulignait bien qu’ : « il sera difficile de payer les salaires dans le contexte actuel. »

 

Cette situation fragile de la CICAM est davantage consolidée par l’invasion du marché local du textile par les importations et les produits de contrebande. Il faut relever que la cicam contrôle désormais à peine 5% du marché local. Pourtant, il y a quelques années, elle contrôlait l’industrie textile dans la zone cemac (Gabon, Congo, Tchad, Guinée Equatoriale et RCA). Malheureusement, le marché Camerounais est à nos jours inondé par les tissus en provenance de la Chine et des pays de l’Afrique de l’ouest parmi lesquels le Nigéria. 

Une solution d’urgence est requise pour remonter l’entreprise

L’Etat du Cameroun doit opter pour une mesure d’urgence afin de rétablir cette entreprise publique sur ses bases. Une mesure comme celle du contrat plan signé en 2015 pourrait être d’un apport indéniable. Il serait aussi important de réduire les quantités de tissus importés afin de permettre le relèvement de l’entreprise locale. Car il est certes vrai que le pagne du 8 mars 2022 est déjà sur le marché. La plupart de ces tissus proviennent des entreprises étrangères.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes