25.4 C
Yaoundé
mercredi, 12 juin 2024

 En France :  Les manifestation du 1er mai tournent au chaos

Le 1er mai 2023 en France a été particulièrement très brouillant. Plus de 2 millions de manifestants sont montés une fois de plus au créneau pour dénoncer la loi sur la réforme des retraites. Ces manifestations entretenues par des mouvements intersyndicals ont tourné à des confrontations violentes avec les forces de maintien de l’ordre.

Au lieu d’un défilé ordinaire et calme comme observé ailleurs, la célébration de la Journée internationale du travail en France a été l’occasion pour les travailleurs de divers secteurs, déjà en grève contre la réforme des retraites, de faire encore plus entendre leur voie. Malheureusement, ces mobilisations « historiques » se sont heurtées à une riposte policière qui a causé de nombreuses victimes. Paris, Lyon et Nantes ont particulièrement été le terrain de ces manifestations. Selon la CGT  550 000 personnes étaient présentes dans le cortège parisien.

Au cours de ces manifestations, des feux d’artifice et des projectiles lancés ont connu une riposte musclée de la police qui s’est servie des gaz lacrymogènes. Environ 12 000 policiers et gendarmes étaient mobilisés, dont 5 000 à Paris. Pourtant, une source fait savoir que ces violences auraient pu être évitées si la police avait utilisé des drones pour encadrer les manifestations. Un immeuble prend feu à la Place de la Nation alors que la capitale se transformait en champ de batailles rangées entre manifestants et policiers anti-émeutes.

Le bilan dressé vers 19 h 30 par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin fait état de 291 interpellations. Le membre du gouvernement a d’ailleurs souligné que « ce chiffre va continuer à augmenter ». On enregistre en outre un total de 108 gendarmes et policiers blessés selon Gérald Darmanin. De nombreux manifestants ont aussi été blessés à Nantes. Il faut ajouter à ces forfaits les destructions matérielles avec plusieurs voitures incendiées, des vitrines brisées et bien d’autres.

Laurent Berget, le leader du syndicat de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), le plus grand syndicat du pays, a considéré cette manifestation comme un moyen de poursuivre la lutte contre le projet de révision du système de retraite français. Il a déclaré à la veille : « Je n’accepte pas 64 ans comme âge de la retraite et je ne l’accepterai jamais ».

On peut dès lors constater que bien, que Macron ait pu faire passer le plan de réforme des retraites en faisant appel à une clause de la constitution et en contournant le vote du parlement, ces manifestations démontrent à coup sûr la colère et la contestation irréversible face à cette loi sur les retraites.

 La réforme des retraites reste une soif inassouvie malgré quelques ajustements

Le Conseil constitutionnel français a approuvé en avril la partie la plus controversée de la réforme à savoir : le relèvement de l’âge de la retraite de 62 à 64 ans. Pourtant, malgré cette décision, certains des puissants syndicats français disent qu’ils continueront à se battre.

Pour les Français, « il n’a jamais été question de l’âge de la retraite, précise le politologue Dominique Moïsi, mais de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ».

Il faut reconnaitre que la réforme des retraites est depuis longtemps un sujet épineux en France. En 1995, des manifestations de masse qui ont duré des semaines ont forcé le gouvernement en place à abandonner son projet de réforme des retraites du secteur public. En 2010, des millions de personnes sont descendues dans la rue pour s’opposer à l’augmentation de l’âge de la retraite de 60 à 62 ans et en 2014, de nouvelles réformes ont suscité de nombreuses manifestations.

Il reste à espérer que la session parlementaire de ce mois vienne résoudre définitivement ce problème.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes