20.3 C
Yaoundé
samedi, 22 juin 2024

Le secret d’une relation sino-africaine prospère par Zhu Shaobin Xinhua

La Chine et l’Afrique ont résisté à des moments d’adversité et de succès, donnant un exemple fort pour la construction d’une communauté mondiale avec un avenir commun.

La 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) se réunira malgré les perturbations causées par la pandémie de COVID-19, montrant la grande importance que l’Afrique et la Chine attachent au renforcement de leurs liens, ainsi qu’une profonde confiance mutuelle qui créer plus d’opportunités pour les deux partenaires traditionnels de collaborer.

Le FOCAC, depuis sa création en 2000, est devenu une importante plateforme de dialogue collectif et un mécanisme efficace de coopération pragmatique qui a profondément profité aux peuples chinois et africains et a remodelé la coopération internationale avec l’Afrique.

Après des années d’efforts dévoués, l’arbre de la coopération sino-africaine a fleuri. Il est grand et fort, et ne peut être ébranlé par aucune force. L’amitié sino-africaine est désormais à son apogée.

Le secret d’une coopération sino-africaine fructueuse a été révélé par un livre blanc intitulé “La Chine et l’Afrique à l’ère nouvelle : un partenariat d’égal à égal”, publié vendredi par le Bureau d’information du Conseil des Affaires d’Etat chinois.

L’amitié sino-africaine, selon le journal, a été incarnée par une confiance politique mutuelle, une coopération économique en expansion rapide, une coopération croissante pour le développement social, des échanges entre les peuples et culturels, et une coopération en constante expansion en matière de paix et de sécurité.

Du point de vue économique, les statistiques montrent que la Chine est le plus grand partenaire commercial de l’Afrique depuis 2009. Le commerce sino-africain a représenté plus de 21 % du commerce extérieur total de l’Afrique en 2020. La Chine a augmenté ses importations de produits non-ressources, et offert un traitement tarifaire 0 à 97 % des articles taxables par les 33 pays les moins avancés d’Afrique.

Fin 2020, les investissements directs des entreprises chinoises en Afrique avaient dépassé les 43 milliards de dollars américains.  Plus de 3 500 entreprises chinoises à travers le continent ont créé directement et indirectement des millions d’emplois, tandis que plus de 80 % de leurs employés sont des locaux.

En matière d’infrastructures, il n’est pas exagéré de dire que l’implication des entreprises chinoises dans le développement des infrastructures modifie profondément le paysage africain. À ce jour, presque tous les pays africains ayant des relations diplomatiques avec la Chine ont déjà signé des accords de coopération dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route ». Les projets mis en œuvre par des entreprises chinoises représentaient 31,4 % de tous les projets d’infrastructures en Afrique en 2020.

Depuis la création du FOCAC, les entreprises chinoises ont utilisé divers fonds pour aider les pays africains à construire et à moderniser plus de 10 000 km de voies ferrées, près de 100 000 km d’autoroutes, près de 1 000 ponts et 100 ports, et 66 000 km de transport et de distribution d’électricité. Ils ont également contribué à construire une capacité de production d’électricité installée de 120 millions de kW, un réseau fédérateur de communications de 150 000 km et un service réseau couvrant près de 700 millions de terminaux d’utilisateurs, selon le livre blanc.

Outre la coopération fructueuse en matière d’infrastructures, la Chine a contribué à faire progresser l’industrialisation et la diversification économique de l’Afrique en créant des zones de coopération économique et commerciale, des zones économiques spéciales, des parcs industriels et des parcs scientifiques.

La Chine a également partagé des expériences et des technologies de développement agricole avec l’Afrique et a aidé l’Afrique à créer des chaînes de valeur agricoles et à renforcer le commerce. Il a également aidé l’Afrique à combler la fracture numérique en élargissant la coopération numérique.

Le soutien mutuel prévaut dans la nouvelle ère de la coopération sino-africaine. Du tremblement de terre dévastateur dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) en 2008 au cyclone Idai qui a balayé le Zimbabwe, le Mozambique et le Malawi en 2019, de l’épidémie de virus Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014 à la pandémie de COVID-19 en cours, la Chine et l’Afrique ont toujours résisté côte à côte dans les moments difficiles.

Pendant les moments les plus difficiles de la lutte de la Chine contre l’épidémie de COVID-19, les pays africains et les organisations régionales telles que l’Union Africaine ont apporté un soutien solide à la Chine. Après que le COVID-19 a frappé l’Afrique, la Chine a immédiatement offert une aide humanitaire, notamment des fournitures médicales et des vaccins dont on avait un besoin urgent. Plus tôt cette semaine, le bâtiment principal du siège financé par la Chine pour les Centres Africains de Contrôle et de Prévention des Maladies était structurellement achevé. Lors de la prochaine conférence, la Chine et l’Afrique attendent avec impatience des discussions approfondies sur la reprise économique post-pandémique, la santé, le développement des infrastructures et d’autres questions.

Les deux parties devraient également développer de nouveaux moteurs de croissance tels que le commerce électronique, la construction de réseaux 5G et l’écologisation de l’économie en vue de promouvoir un développement commun de haute qualité et durable.

En regardant vers l’avenir, l’espace pour une coopération mutuellement bénéfique s’élargira sûrement à mesure que la communauté sino-africaine de destin se renforce de plus en plus.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes