21.6 C
Yaoundé
dimanche, 16 juin 2024

Cameroun : Non à la violence morale des ONG sur la question de l’homosexualité

Aucun pays africain, aucune organisation africaine encore moins une personnalité du contient noir ne peut promouvoir la polygamie en Europe. N’en parlons plus du simple port du voile, voire de l’écharpe par la gent féminine. Pour rien au monde ces idées ne peuvent être soutenues ou défendues par les défenseurs des droits l’Homme en Europe. Une preuve que les occidentaux tiennent au respect de leurs valeurs culturelles. Celui qui ose parler de polygamie ou du port obligatoire du voile ici est traqué. Ce que nous déplorons, c’est ce désir ardent de l’Occident à imposer des contre- valeurs aux pays africains, notamment ceux d’Afrique noire.

L’homosexualité est condamnée par le code pénal camerounais. Elle n’est non plus acceptée dans la tradition et culture camerounaise. Aucun mot n’existe d’ailleurs pour nommer l’homosexualité. On le définit en expliquant pour en avoir une idée. Si l’Europe en fait une apologie et une condition pour les pays d’Africains dans l’octroi des aides financières, à Yaoundé au Cameroun, l’on n’admet pas cette volonté manifeste de l’Occident à imposer une immoralité sexuelle : « Les pratiques contre nature sont strictement interdites dans nos cultures et traditions. Si les Européens sont au stade où ils veulent défier Dieu, nous ici au Cameroun, on n’est pas encore à ce stade.  Il faut bien que ceux qui soutiennent une telle incongruité se souviennent de Sodome et Gomorrhe. En plus, on n’impose pas aux gens des pratiques illogiques ». Cette perception des choses par Jean Paul N, citoyen camerounais engagé dans la promotion de l’identité culturelle des peuples noirs, est la même que partage la plupart des Yaoundéens.

Ce que le philosophe Mono Ndzana appelle, la normalisation des écarts. « Vraiment, l’Europe doit cesser de penser qu’elle doit détruire la culture de tout un continent pour la sauvegarde de ses intérêts. Au lieu de permettre à un homme d’avoir plusieurs femmes, c’est l’homosexualité qui est un obstacle majeur à la procréation qu’elle conseille et qu’elle analyse comme un idéal de vie à transmettre aux générations présentes et futures. Vraiment, c’est le monde en l’envers. Quand vous voulez que les gens acceptent ce que vous faites, attendez en retour que ces derniers vous demandent aussi d’intégrer dans votre culture leurs valeurs.  Que l’Europe accepte aussi la polygamie. Malheureusement, celui qui ose là-bas est traqué comme un terroriste. Pour la préservation de notre culture et de nos valeurs, l’on ne devrait pas prêter le flanc à cette doctrine.  Les contre- valeurs ne sauraient être des valeurs universelles. Ça jamais. L’Afrique a sa culture et son mode de vie ».

Le cas d’Enganamouit

L’internationale camerounaise Enganamouit a maille à partir avec la plupart des populations qui demandent à cor et à cri son arrestation et son incarcération. Pour la majorité des personnes interrogées sur son cas, d’aucuns estiment que ces ONG qui la soutiennent ont pour objectif, la normalisation de l’homosexualité au Cameroun. Nos péchés sont meilleurs que les vôtres, nous disent ces ONG qui violent notre conscience en nous forçant d’adopter leurs valeurs. Pourtant, la même audace et zèle qu’elles manifestent en Afrique voire au Cameroun, elles ne sauraient les manifester dans leurs pays d’origine: « Que ces ONG partent aussi parler de la polygamie en Europe, on voit . Encore qu’aucune autorisation de manifestation ne leur jamais sera accordée. Pourtant, c’est un pays qui se dit respectueux des droits et libertés individuelles. Pourquoi ne permettent-ils pas cela ? Et pourquoi nos dirigeants sont aussi laxistes au sujet de l’homosexualité. Voilà Enganamouit qui a quitté le pays au vu et au su des pouvoirs publics alors qu’elle devrait être depuis arrêtée et incarcérée . Pourquoi les autres sont en prison pour le même problème ? On assiste à une justice deux poids, deux mesures. Le code pénal camerounais s’applique à tous. Sauf à nous dire que les stars ne sont pas concernées par l’article 347 bis de ce code ? Enganamouit doit être pourchassée par la loi pour que  ça serve d’exemple à celles ou ceux qui le font en catimini. Vraiment, je déplore le laxisme de nos procureurs. En Europe ? Non, c’est le procureur qui engage les poursuites parce qu’il est le juge de la société. Dans le cas d’Enganamouit ci, c’est une atteinte à la pudeur. Les peines d’amende et prison sont prévues. Je dis que le gouvernement doit veiller à ce que certains agissements ne viennent détruire nos valeurs culturelles et ancestrales ». Cette position d’un acteur politique à Yaoundé vaut tout son pesant d’or. L’Afrique en général et le Cameroun en particulier doit veiller au rejet des habitudes et doctrines qui ne cadrent pas avec le code éthique de nos valeurs culturelles et ancestrales.

Pour l’analyste social et journaliste Fabrice Dhyan Anand, les Africains doivent faire face à la réalité qu’ils sont toujours colonisés. Pour lui, les colons nous ont accordés une certaine Indépendance politique, car c’était contraignant et coûteux de gérer les colonies au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Ces derniers ont mis sur une forme plus subtile, la domination économique et morale.  Les Africains en général et les Camerounais en particulier se doivent de défendre leur dignité d’humain, d’hommes libres capables de décider de leur destin.  Nous pouvons commencer à le faire sur la question de l’homosexualité. Il ne s’agit pas pour nous de se montrer cruel envers les homosexuels et les transsexuels ; ces derniers ont le droit inaliénable à la sexualité aussi longtemps qu’ils ne représentent aucune nuisance objective.  Il s’agit plutôt pour nous d’affirmer clairement notre intention de faire de cette forme de sexualité un phénomène marginal, et de ceux qui la pratiquent, une minorité insignifiante. L’homme étant un animal qui mimique facilement ses pairs, il serait par conséquent approprié d’instituer des règles et lois qui étouffent la promotion et la vulgarisation de cette forme de sexualité tout en protégeant ceux qui la pratiquent contre les crimes haineux.  Là-dessus, nous devons rester intransigeants. Ce conservatisme n’exclut pas le progrès, il minimise l’émergence d’un état de chao qui ralentirait notre marche vers plus d’autonomie vis-à-vis de nos partenaires de l’Occident.

Voici un exemple qui illustre comment étouffer ou freiner la vulgarisation de cette forme de sexualité. Le dernier film de Marvel a été banni en Arabie saoudite, au Qatar et au Koweït, car il présente une scène d’amour entre personnes du même sexe. Dans une scène de Eternals, Phastos – le premier super-héros ouvertement gay, joué par Brian Tyree Henry – embrasse son mari, et lorsque Disney a refusé de couper la scène pour une distribution internationale, les gouvernements des régions du Golfe ont annulé sa sortie au cinéma et en streaming.

Notre position est simple :  Ce que des adultes peuvent faire dans leur intimité ne nous intéresse aussi longtemps que leurs comportements  n’interfèrent pas la vie des autres. Ce principe fondamental de la liberté doit être respecté à l’échelle individuelle et à l’échelle des relations interétatiques.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes