26.7 C
Yaoundé
dimanche, 16 juin 2024

Cameroun : Plus de vingt morts en moins d’une semaine

Le pays a enregistré selon des sources dignes de foi, plus d’une vingtaine de décès causés par deux événements malheureux depuis la nuit du 23 janvier 2022.

 Le bal de ces drames est ouvert par le Liv’s night-club Yaoba situé au quartier Bastos à Yaoundé. Environ 16 morts sur le carreau selon le communiqué du ministre de la communication, porte-parole du Gouvernement. Le même document revient sur les circonstances de cet incident malheureux en soulignant que les causes sont liées « aux déflagrations issues des feux d’artifices habituellement utilisés en ces lieux ayant consumés, en premier lieu, le plafond de l’édifice, entraînant, par la suite, deux explosions de forte amplitude et provoquant la panique et des bousculades parmi les personnes à l’intérieur de la boîte de nuit. »

Plusieurs personnalités ont trouvé la mort ici. Une situation qui a suscité une attention particulière du Gouvernement. Malheureusement, cela ne durera que quelques heures.

La bousculade mortelle au stade Olembé

En l’espace de quelques heures retenti à nouveau le son des sirènes des  ambulanciers. Cette fois ci, la fumée noire apparait du côté du stade Olembé au cours du match Cameroun contre les Comores, plusieurs décès et de nombreux blessés sur le carreau.

Selon le bulletin de renseignement quotidien des forces de maintien de l’ordre, l’on enregistre 8 morts et 38 blessés dont 07 dans un état critique. Une avalanche de bousculades créée par la marée de supporters qui voulaient forcer l’accès au stade serait à l’origine de l’incident.

L’urgence d’une vigilance accrue 

Si jusqu’ici, les pouvoirs publics du pays ne se sont pas encore prononcés ouvertement sur les mesures sécuritaires pour éviter de tels incidents à l’avenir, la CAF a emboité le pas pour le cas des événements survenus au stade Olembé. Au cours d’une conférence de presse tenue à cet effet ce 25 janvier 2021 à Yaoundé. Patrice Motsepe souligne dans son speech  : « Je sais que, légalement, le COCAN est responsable de la sécurité mais nous sommes partenaires et nous devons nous assurer que la sécurité de chaque spectateur est notre principale préoccupation ». Sans dédouaner  l’institution dont-il a la charge, il va reconnaitre que : « Nous sommes autant responsables que le COCAN, autant que le gouvernement camerounais. Nous devons discuter pour nous assurer que des mesures seront prises pour que ce qui s’est passé hier ne se déroule plus jamais. Un Comité de discipline va être créé et remettra un rapport. »

président de la CAF

Mais avant d’y arriver, l’institution de football africain décide de la délocalisation pour le stade Omnisport du match programmé à Olembé pour dimanche 30 janvier 2021.

 

Une décision qui devrait à coup sûr délier la langue des pouvoirs publics

Une formation des propriétaires des boîtes de nuit sur la sécurité incendiaire s’impose afin d’outiller ces patrons sur les dispositions sécuritaires à prendre pour prévenir des incendies. Les immeubles devraient être construits selon les standards appropriés pour de tels édifices. Les issues de secours devraient être envisagées question d’évacuer rapidement tous ceux qui sont à l’intérieur en cas d’incident .Par ailleurs, l’indiscipline ayant causé les bousculades du stade Olembé interpelle plus que par le passé, les Camerounais à observer rigoureusement le protocole mis en place par le comité d’organisation et aux COCAN de revoir son dispositif.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes