20.3 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Banque Mondiale : Plaidoyer sur l’inégalité économique des femmes dans le monde

Le rapport présenté par l’institution de Bretton woods a été rendu public le 1er mars 2022 à Washington aux Etats Unis. Il  est intitulé les femmes, l’entreprise et le droit 2022.

Selon le rapport de la Banque Mondiale environ 2,4 milliards de femmes en âge de travailler ne bénéficient pas de l’égalité des chances économiques et 178 pays maintiennent des normes juridiques qui empêchent leur pleine participation à la vie économique. Il faut également souligner que dans 86 pays économiques, les femmes font face à une forme de restriction d’accès à l’emploi. 95 autres pays dans le même sillage, ne garantissent pas un salaire égal pour un travail de valeur égale.

Sur le plan juridique le rapport souligne que les femmes ne disposent que des trois quarts des droits juridiques accordés aux hommes dans le monde.

Quelques améliorations observées malgré la pandémie de covid-19

Selon le rapport, 23 pays ont revu leur loi en 2021 afin d’introduire des réformes visant l’inclusion économique des femmes dans le monde. Pour Mari Pangestu, Directrice Générale de la Banque Mondiale pour les politiques de développement et les partenariats : « Bien que des progrès aient été réalisés, l’écart entre les revenus attendus des hommes et des femmes au cours de leur vie s’élève à 172 000 milliards de dollars, soit près de deux fois le PIB annuel mondial. » Elle souligne par la suite que : « Les gouvernements doivent accélérer le rythme des réformes législatives pour que les femmes puissent réaliser tout leur potentiel et qu’elles bénéficient pleinement et équitablement des fruits d’un développement vert, résilient et inclusif. »

L’étude relève toutefois quelques avancées notoires notamment dans les régions du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, d’une part, et de l’Afrique subsaharienne, d’autre part, qui ont enregistré en 2021 les plus fortes améliorations de l’indice établi par le rapport, même s’il faut reconnaitre qu’elles restent globalement à la traine par rapport aux autres régions du monde. Le Gabon qui rentre dans cette catégorie, se distingue par une réforme complète de son code civil et la promulgation d’une loi visant à éliminer les violences faites à l’égard des femmes. L’intégration de ces lois dans son armature juridique, l’a fait passer à un score de 57,5 en 2020 à 82,5 en 2021. On peut souligner dans l’ensemble des réformes concernant les indicateurs parentalité, la rémunération et le travail. On note aussi des réformes sur la protection des femmes contre le harcèlement sexuel au travail, l’interdiction des discriminations fondées sur le sexe pour ne citer que ceux-ci.

Un rapport qui interpelle davantage les pays du monde au début du mois de la célébration de la Journée Internationale de la Femme, rendue à sa 33e édition, cette enquête vise à remettre en question le niveau de protection des droits de la femme et stimuler leur égale intégration socio-professionnelle au même titre que les hommes. Chaque année, une journée est célébrée, des conférences sont tenues mais pas très grande amélioration. Néanmoins l’on note de légères avancées qui restent toutefois à parfaire

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes