25.4 C
Yaoundé
mercredi, 12 juin 2024

Cameroun – ENAM Souleymanou : De moto-taximan à élève fonctionnaire

Quand l’admission d’un pauvre dans cette école devient un évènement national.

Il est incontestablement l’homme de l’année 2022 au Cameroun. Souleymanou, est révélé aux yeux du monde par les réseaux sociaux et la presse depuis quelques jours. Pour cause, celui qui était jusque là conducteur de moto taxi dans la ville de Yaoundé capitale politique du Cameroun, a obtenu le prestigieux concours d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), l’école qui forme les hauts fonctionnaires et la classe dirigeante au Cameroun.

Pourquoi tant de regards sur une admission parmi tant d’autres ?

Si l’admission à L’ENAM du jeune Souleymanou suscite autant de tapage et de grands renforts de publicité, c’est tout simplement parce que cela relève de l’inédit dans un pays où une certaine sociale serait condamnée à un certain niveau de vie et à certains privilèges dus à leur rang. L’école nationale d’administration et de Magistrature nous a habitué à son caractère élitiste donc réservée aux fils de riches, aux fils de ceux là qui contrôlent à quelque niveau que se soit l’appareil étatique. voir donc un conducteur de moto y accéder relève plus que de l’exploit, de la chance peut-être.

La réussite de Souleymanou, une publicité pour le gouvernement ?

Au delà de l’euphorie que cette réussite suscite, l’opinion publique, d’une manière inconsciente semble à coup sûr jouer le jeu de ceux là même qui ont validé cette admission. Combien y a – t-il de Souleymanou à l’ENAM ? Aurait – t-il un Q.I (Quotient intellectuel) plus élevé que celui des autres qui ont chuté devant les portes de cette école ? Finalement et il serait temps que les vraies questions se posent. Un système en quête de popularité et de légitimité sait manipuler une opinion à la recherche du sensationnel.

On dirait des militants d’un parti politique en euphorie après avoir reçu du pain et de la sardine accompagnés des promesses qui ne durent que l’instant de leur prononciation. Par cette admission, le gouvernement voudrait faire oublier à l’opinion publique nationale ces noms des fils de ministres et autres Directeurs Généraux, Officiers supérieurs etc… Qui, sans même composer retrouvent leurs noms affichés sur la liste d’admission, sans oublier la présence souvent remarquée sur ces listes des noms des personnes décédées, ou encore des listes dont les noms y figurant le matin sont remplacés par d’autres le soir.

Par cette admission, l’administration voudrait dire à l’opinion publique « voici Souleymanou qui entre à l’ENAM, cessez donc de dire que c’est la godasse…». toutes ces interrogations et hypothèses évoquées plus haut se justifient par ce qui a suivi cette réussite. Les conducteurs de moto taxi de l’arrondissement de Yaoundé 3 où travaillait ce Jeune Souleymanou sont allés dire merci au Ministre de la Fonction publique, PCA de l’ENAM, ainsi qu’au Directeur Général de cette École. Quel gâchis !!!

Une image qui renvoie à des siècles passés où l’esclave s’agenouillait devant le maître pour lui dire merci après qu’il ait reçu un bout de pain, lequel pain est obtenu grâce à son dur labeur. À quand la fin de la servitude? Qu’il soit clair pour tous, l’ENAM est une école pour tous les Camerounais, cessons d’en faire un mythe encore moins une école réservée. Qu’on nous tienne informé quand le fils d’un ministre en fonction échouera !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes