24.7 C
Yaoundé
vendredi, 21 juin 2024

Coopération multilatérale : Prémisses d’une Banque commune Iran-Afrique

L’Iran voudrait, à travers cette Banque commune avec les pays africains, ouvrir les portes d’une coopération plus large grâce aux échanges effectués directement avec la monnaie locale en réduisant les tracasseries causées par le dollar américain et l’Euro.

Dans son intervention du 6 mars dernier lors de la conférence sur la coopération scientifique et économique entre l’Iran et l’Afrique de l’Ouest, Mohsen Razaei, vice-président iranien chargé des affaires économiques mentionne clairement que : « Dans cette situation, nous serions en mesure de conclure des accords commerciaux entre les pays… sans la nécessité [d’utiliser] des dollars et des euros, et toutes les parties en bénéficieront ». Propos rapportés par nos confrères de Sputnik. En effet l’intervention du dollar et de l’euro comme monnaie d’échange cause des lourdes pertes aux pays africain qui ne reçoivent pas l’équivalence des revenus de ces échanges commerciaux à l’international.

L’Iran dont la relation s’intensifie avec l’Afrique dans divers domaines d’activité compte se positionner comme un partenaire sincère. D’ailleurs, le président iranien Ebrahim Raïssi a souligné la nécessité d’alléger les lourdes réglementations et tarifs sur la voie de la coopération entre la République islamique et les pays d’Afrique de l’Ouest. C’est pourquoi il précise que « Promouvoir la coopération de l’Iran avec l’Afrique ne vise pas la richesse africaine, mais le progrès et le bien-être de toutes les nations, y compris les nations africaines », rapportent nos confrères de l’agence IRNA.

Iran-Afrique. Carte

Cette décision stratégique viserait donc à sortir l’Afrique de l’auberge. Selon les déclaration d’Andreï Koudriavtsev, expert russe des économies de l’Afrique subsaharienne à nos confrères de Spoutnik, « Cette initiative est certainement opportune et conforme à la politique actuelle de Téhéran, qui consiste à accroître la part des monnaies nationales dans le commerce extérieur ».

Va-t-on vers la chute du dollar et de l’euro dans les relations commerciales ?

L’initiative iranienne est certes bonne toutefois, il y a lieu d’émettre des réserves quant à l’abandon du dollar et l’euro qui constituent des devises incontournables dans le commerce international. Bien que l’expert russe ait souligné le bon côté de cette initiative lorsqu’il souligne que « le passage au commerce en monnaie nationale est une tendance actuelle », car cela « permet aux pays d’être indépendants des mouvements inflationnistes du taux de change du dollar américain ». Il reste mesuré quant à l’idée d’abandon du dollar.

Andreï Koudriavtsev exprime clairement ses réserves concernant l’idée de l’abandon du dollar dans les règlements commerciaux. Il souligne à cet effet qu’: “il est prématuré de parler d’une élimination complète du dollar dans le commerce extérieur”. Mais il existe toutes les conditions préalables à sa réduction dans la structure monétaire des règlements de la Russie avec les pays partenaires, tels que l’Inde, la Chine, le Vietnam et l’Iran, avance l’expert.

Cette solution iranienne vient intégrer la partie de l’Afrique concernée dans les tendances actuelles qui penchent de plus en plus vers un monde multipolaire.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes