21.7 C
Yaoundé
samedi, 22 juin 2024

20 mai 2023: L’Unité Nationale en pointillées… ?

Le Cameroun a célébré le 20 mai dernier la 51è édition de sa fête nationale de l’Unité sous fond de clivage d’une société en quête de repère et de justice sociale. Discours de haine, tribalisme, repli identitaire sont autant de maux qui démontrent à suffire que l’unité nationale et vivre ensemble tant recherchés ont encore du chemin.

Les lumières se sont définitivement éteintes sur la célébration de la 51è édition de la fête nationale de l’unité ce 2023. Au moment où on range les couverts, au moment où les activités quotidiennes reprennent de leur superbe, il est peut être temps de faire à notre niveau une évaluation, une analyse somme toute semplice de la célébration de l’unité nationale ce 20 mai 2023.

Au delà des festivités, au delà de la grande parade du défilé observé au boulevard du 20 mai à Yaoundé et présidée par le président de la République, Chef de l’État, chef suprême des armées, au delà de la réception offerte selon les chiffres officiels à plus de 11 mille invités au palais de l’unité, au delà du budget national alloué à célébration et qui selon certaines s’élèverait à plus de 17 milliards de Francs CFA en cette période de crise économique et de vie chère, au delà de tous les discours à tort ou à raison qui ont émaillé cette célébration, il est clair qu’une particularité se dégage, oui une question demeure: L’Unité nationale est elle un acquis au Cameroun 51 ans après l’avènement de l’Etat unitaire ?

Cette célébration 2023 de l’unité nationale a fait ressortir certains sentiments qui malgré tout et contre tout animent les esprits d’une bonne partie de la population. Nous sommes tous Camerounais, c’est vrai, nous aspirons tous à une unité dans notre diversité, dans notre composante sociologique pour la construction d’un Etat fort, un et indivisible. Mais le constat est clair, le discours de haine gagne du terrain, le tribalisme, le repli identitaire, ces fléaux semblent gagner du terrain au fil des jours sans peut être que l’on s’interroge réellement sur les raisons même de cet état de choses. Le sentiment d’abandon qu’ont certains se mêle au sentiment d’injustice que ressentent les autres tant dans la répartition des richesses nationales que dans l’insertion socioprofessionnelle.

Dieudonné ESSOMBA

Dieudonné Essomba, économiste définissait encore l’unité nationale comme << le rassemblement d’un groupe d’élites en vue de se partager les 6 milles milliards du budget de l’État >>. C’était sur le plateau d’une chaîne de télévision privée ce 21 mai 2023. Même si elle choque certains, cette définition de l’unité nationale a le mérite de traduire un sentiment qui serait la source de tous maux et même d’un certain sentiment de haine devenu l’ennemi public numéro 1.

L’unité nationale dans l’inégalité des classes, l’unité nationale dans une confiscation de richesses par une minorité, l’unité nationale dans la perte des valeurs et la fuite des intelligences, l’unité nationale dans la peur et l’insouciance, il est temps de revenir à l’unité, la vraie pour la construction du vivre ensemble dans la justice et l’égalité. L’élite politique sait ce qu’elle a à faire et le chrono est lancé pour que 2024 soit différent.

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes