20.3 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Tunisie : Kaïs Saïed veut imposer une taxe aux riches afin de se débarrasser du « diktats » du FMI

Le président tunisien Kaïs Saïed a émis, jeudi 1er juin, l’intention d’introduire une taxe supplémentaire ciblant les plus riches pour permettre à l’Etat de se passer des prêts du Fonds monétaire international (FMI), dont il rejette les « diktats ».

Le Président tunisien a expliqué en recevant la cheffe du gouvernement, Najla Bouden, que le système de subventions aux produits de base actuellement en place bénéficiait à tous les Tunisiens, y compris les plus aisés.
C’est à cet effet que face à cette situation, il a jugé pertinent l’idée de « prendre l’excédent d’argent des riches pour le donner aux pauvres, au lieu de lever les subventions au nom de la rationalisation, il serait possible d’introduire des taxes supplémentaires à ceux qui en bénéficient sans qu’ils en aient besoin », a-t-il ajouté, estimant qu’un tel mécanisme permettrait à l’Etat de ne pas se soumettre aux « diktats étrangers ».

C’est quoi le FMI ?

Le Fonds monétaire international (FMI) fut créé afin de constituer un des piliers (avec la Banque mondiale) du système monétaire mondial, à savoir le système de Bretton Woods, en vigueur de 1946 à 1973. Fondé sur le plan de l’économiste américain H. B. White, ce système devait assurer des taux de change stables entre les monnaies nationales et permettre de larges augmentations de la masse monétaire mondiale. Aujourd’hui encore, la mission du FMI s’inscrit dans cette même stratégie : promouvoir l’expansion monétaire jugée nécessaire tout en assurant la stabilité des taux de change entre les monnaies nationales. C’est à cet effet que le FMI accorde des crédits à court terme (par exemple) sous forme de « droits de tirage spéciaux » aux pays dont les balances de paiement sont déficitaires.

Le FMI : Une institution fortement critiquée

Depuis une vingtaine d’années, le Fonds Monétaire International (FMI) est la cible de graves critiques. On lui reproche en effet, d’être un instrument de soumission des pays du tiers monde, de freiner le développement de ces pays (en Afrique et ailleurs), de les aliéner politiquement et économiquement face à ceux de l’Occident. On réclame alors une réorientation de ses politiques en dehors de la « logique marchande ».

Selon certains observateurs, le FMI est un instrument au service du capitalisme et devrait revoir ses politiques surtout à l’endroit des pays africains. Car pour beaucoup, le système de dette octroyé par cette institution met ces pays dans un cercle vicieux de dépendance qui l’empêche de réfléchir sur ses possibilités à générer des ressources propres et à les gérer avec parcimonie. A cause du FMI, de nombreux pays sont restés des éternels assistés. Une situation qui devient très inconfortable pour la Tunisie dont le Président voudrait s’en séparer.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes