22.8 C
Yaoundé
mercredi, 12 juin 2024

Blanchiment d’argent et financement du terrorisme : Le Cameroun une fois de plus mauvais élève.

Le pays est depuis le 23 juin dernier inscrit sur la liste ” grise ” du Groupe d’Action Financière (GAFI) de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Un autre point noir sur la gouvernance de Yaoundé.

 

Pendant plusieurs années, après avoir occupé la tête de liste des pays les plus corrompus au monde, le Cameroun brille  en négativité une fois de plus en rejoignant la liste ” grise ” des pays sous surveillance renforcée en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme par le Groupe d’Action Financière ( Gafi), une institution qui tient lieu d’observatoire international dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.


Une échec de gouvernance économique qui se justifie en grande partie par la crise sécessionniste qui secoue les région du Nord-Ouest et du Sud Ouest depuis 2016. En effet d’après les rapports publiés par la justice américaine, ces groupes séparatistes sont pour la plupart financés par des camerounais établis aux États-Unis et à l’étranger en général, un flux financier en faveur du terrorisme qui échappe au contrôle des organes et institutions spécialisés au niveau du Cameroun. Les montants de ces financement s’élèvent aujourd’hui à plus de 90 milliards de francs CFA.

Il faut préciser que l’inscription du Cameroun sur la liste grise du Gafi pour blanchiment d’argent et financement du terrorisme avait été annoncée en 2022 par l’ex secrétaire permanent du Groupe d’Action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale ( Gabac), Désiré Geoffroy Mbock, il précisait les annotations reçues par le Cameroun lors de la dernière évaluation par les pairs. Une alerte qui est passée sans considération par les autorités compétentes. Selon le Gafi, le Cameroun fait partie de ces pays ” particulièrement exposés à des risques de blanchiment des capitaux liés à l’intégration dans le système financier des produits issus de la corruption, des détournements de deniers publics, de la fraude douanière et fiscale, du braconnage, du trafic d’espèces fauniques et d’essences forestières protégées “.


Cette mise sous surveillance renforcée du Cameroun par le Gafi expose le pays à une évaluation préliminaire de la part du Groupe d’examen pour la coopération internationale assorti d’un plan d’action. En cas de non respect de ce plan d’action et d’absence de progrès réel de sortie de cette situation, le pays sera inscrit dans la liste noire du Gafi et par conséquent considéré comme ” pays à haut risque”. Une situation qui porterait un coup sur les transactions financières des banques étrangères avec leurs correspondants au Cameroun.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes