20.3 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Crise politique au Niger : Les balbutiements de la CEDEAO.

Réunis ce jeudi 10 Août 2023 à Abuja au Nigeria, les Chefs d’Etats de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) n’ont pas pu offrir au continent africain et au peuple nigérien des voies ” acceptables” d’une sortie de crise au Niger.

Encore un sommet pour la forme. Ainsi peut être qualifié le sommet extraordinaire d’Abuja consacré à la situation au Niger et deuxième du genre en l’espace de deux semaines. Après l’échec de l’ultimatum né du sommet du 30 Juillet dernier, la rencontre de ce jeudi à Abuja était perçue par plusieurs observateurs comme une occasion pour l’organisation sous régionale de ” laver l’affront ” et de repenser une nouvelle stratégie pour venir à bout du pouvoir militaire nigérien, << il y va de sa crédibilité >>.

À Abuja, Bola Ahmed Tinubu et ses pairs ont plutôt, selon certains observateurs passé leur temps à balbutier, tituber et à faire du rétropédalage entre promouvoir la voie diplomatique tel que demandé par le président en exercice de la CEDEAO lors de son discours d’ouverture et l’adoption d’une mesure d’intervention militaire.

Au terme du hui clos des Chefs d’Etats, la principale mesure prise est d’ << activer la force militaire en attente de la CEDEAO >>. En d’autres termes rendre opérationnelle la force militaire sous régionale de la CEDEAO pour être prête à intervenir au Niger. Un vrai dilatoire et une divagation qui laissent penser qu’au fond la CEDEAO n’a rien de concret à proposer et agirait sous la pression d’une main noire étrangère qui souhaite voir le Niger à feu et à sang. En effet aucune information supplémentaire n’a été donnée quant à cette force en attente. De combien d’hommes sera-t-elle composée ? Quels sont les pays contributeurs ? Quelle sera sa durée ? Avant ce deuxième sommet d’Abuja, le Nigeria, le Sénégal et le Bénin étaient les seuls pays prêts à fournir des militaires pour cette force.

La présence des présidents Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire et Faure Gnassingbé du Togo au sommet de la CEDEAO ce jeudi annoncent-elle l’entrée en jeux des ces deux pays dont les relations avec la France sont perçues comme celles des enfants avec leur mère.
Pendant ce temps, le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) renforce son pouvoir au Niger avec la mise sur pied d’un gouvernement de 21 membres piloté par l’économiste Ali Mahaman Lamine Zeine et sein duquel se trouvent trois généraux qui occupent les porte-feuilles de la défense, de l’intérieur et de la sécurité.
Comme pour dire que le chien aboie, la caravane passe.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes