20.3 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Économie : 200 milliards de Francs CFA pour garantir les prêts des entreprises auprès des établissements de crédit.

C’est le montant débloqué par l’Etat du Cameroun pour soutenir et faciliter l’accord de crédit par les banque aux jeunes porteurs de projets. Les conventions de crédits y relatives ont été signées ce 16 Août 2023 à Yaoundé entre le ministre des Finances et les patrons des banques commerciales et des microfinances.

Obtenir du crédit auprès d’une banque commerciale ou d’une microfinance pour financer un projet est un véritable chemin de croix pour plusieurs porteurs de projets au Cameroun. Un chemin laborieux qui, et selon les statistiques, sur 10 demandes à peines 3 voire 4 reçoivent effectivement du financement. Les autres sont sans suite et pour plusieurs raisons parmi lesquelles une mauvaise constitution du dossier, l’absence de garantie fiable mais aussi l’absence de moyens financiers adéquats : << Lorsque les banques accordent le crédit c’est pour le bien des banques elles-mêmes. Donc les banques ne peuvent pas refuser d’accorder le crédit pour le simple fait de refuser, c’est tout simplement que peut-être la structuration du dossier mérite de d’être renforcer par beaucoup plus de garantie et ce n’est que ça que les banques demandent >>. Précise Louis Paul Motaze, ministre des Finances.

La convention signée entre le gouvernement et les patrons des banques vise donc à relever l’économie nationale en facilitant l’accès des porteurs de projets au financement. Mais les difficultés que rencontrent les porteurs de projets freinent l’envol de l’économie nationale, il faut trouver des solutions, des garanties qui permettent un meilleur accès des porteurs de projets au crédit << Nous nous projetons déjà dans l’avenir parceque au niveau du comité national économique et financier, nous réfléchissons déjà sur la mise en place d’un fonds de garantie aux PME mais cette fois là et contrairement à ce qui était fait avant, on voudrait le faire dans le cadre d’un partenariat public-privé >>. Annonce le ministre des Finances.

                                 Louis Paul MOTAZE
                               Ministre des finances

Selon les études faites, le chaînon manquant dans le financement de l’économie c’est la garantie.
Un discours et des promesses qui, une fois de plus, sonnent comme du déjà entendu dans un univers où l’Etat du Cameroun continue à maintenir les porteurs de projets dans une incompétence volontaire et où le financement des projets est définitivement à tête chercheuse; car comment comprendre que malgré tout les mécanismes institutionnels mis sur pieds depuis plus de 15 ans, l’on vienne encore à parler de difficultés liées au financement de projets au Cameroun en 2023 ? Qu’entend t-on par partenariat public-privé ? Qu’est devenue la banque Camerounaise des petites et moyennes entreprises créée depuis 2013 ? Non sans mentionner le Pajer-U, le Pifmass etc… Des structures devenues des chapelles familiales au sein desquelles les financements des projets sont problématiques.

Ils faut sortir des discours pour réellement et définitivement migrer vers le relèvement global de l’économie nationale en accordant plus d’intérêt aux véritables projets et non aux projets dont l’existence ne tient que le temps de recherche des financements et qui pour la plupart d’ailleurs, n’existent pas. Ces 200 milliards de Francs CFA, sans être pessimiste et irréaliste, risquent d’être une nouvelle tontine pour des projets qui sont certainement en gestation.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes