25.4 C
Yaoundé
mercredi, 12 juin 2024

Pauvres enseignants: Tout en Saignant !!!

Bonjour cher oncle !!!
Je suis encore à notre rendez-vous vous ce matin où je t’informe sur la marche de notre pays.
Le pays s’est visiblement bien réveillé ce matin encore, oui bien réveillé car ce qui s’est passé l’autre jour dans le pays de ton ami Ndong… n’a pas lieu ici. Mais ce matin je vais te parler d’un sujet aussi important car touchant l’éducation même de nos enfants. Tu te rappelles qu’il y a déjà trois semaines je te disais que les enfants avaient repris le chemin de l’école, laisse moi te dire qu’il Ya des situations qui fâchent, des situations qui m’amènent à m’interroger sur les fondements mêmes de notre système de gouvernance. Oui il y a lieu de s’inquiéter et même parfois de dire des choses sans tourner 7 fois la langue dans la bouche, dire des choses de manière sèche et crue car comme on le dit chez nous ” quand c’est trop c’est laid” et là ça devient vraiment laid au point où cette laideur risque mettre à mal l’avenir de toute une jeunesse à cause de l’inertie, de l’indifférence et sur de l’incompétence de certains dirigeants qui, plongés dans la boulimie bureaucratique, aveuglés par leur éternité au poste ne veulent plus rien faire et ne peuvent plus répondre aux besoins des millions de Camerounais.

Comment comprendre que cette année scolaire encore l’on en vienne à reparler du mouvement OTS ( On a Trop Supporté).
Loin d’être un sigle d’une organisation internationale, je te répondais il ya à peine deux ans lorsque je prononçais pour la première fois ce mot alors que nous discutions autour de ton bidon de vin blanc fraîchement cueilli. Tu voulais en connaître la signification. Je te disais alors que OTS est un mouvement de revendications créé par les enseignants qui se disent oubliés par le système en place et qui revendiquent leurs droits. Ce jour là tu m’a répondu tout en t’interrogeant: << Donc les gens là ne sont pas payés ? Hum le pays ci …>>
On se rappelle encore qu’entre février et Mars 2022 lorsque ce mouvement était au pic de son action, le gouvernement et le Président de la République avec avaient organisé des grandes conférences de presse pour  rassurer une certaine opinion et calmer les manifestants.

Le ministre de la fonction publique et de la réforme administrative tel un enfant qui a peur de la chicotte avait annoncé et peut être même entrepris un certain nombre de mesures allant de l’intégration des enseignants dans un délai réduit jusqu’au à réduction du temps de traitement de dossiers de ces enseignants là. Simple gesticulation ou effectivité réelle ? Les signes du temps ne trompent généralement pas. On nous avait annoncé que le payement des indemnités en aérés de ces enseignants ainsi que la prise en charge de tous leurs avantages dûs à leur grade au sein de la fonction publique allait se faire sur les deux ans. Qu’en est-il aujourd’hui ?
Les revoilà alors qui ont repris leur grève passive et silencieuse depuis le 04 septembre dernier, date de la reprise des cours dans les établissements scolaires, il n’ya que les élèves et les cahiers vides pour en témoigner.

Au lieu d’œuvrer à la résolution du problème, certaines autorités administratives passent aux menaces utilisation la perte du matricule comme moyen d’intimidation envers ces enseignants ! Quel gâchis !!!
C’est pourquoi je disais au début de cette tribune qu’il était important de dire les choses tel qu’il faut.
Le gouvernement est silencieux, un silence coupable qui en dit long. Aux dernières nouvelles, neuf régions sur les dix que compte le Cameroun sont sous mode OTS et l’on annonce un vaste mouvement dès le 5 octobre prochain.
Ce pays est comme ça mon cher oncle et nos enfants subissent sous le regard de nos dirigeants. Ne sois donc pas surpris qu’en ouvrant le cahier de ton fils le soir tu constate qu’aucune leçon n’y figure, c’est pas qu’il était forcément absent ou que ce son enseignant qui l’était non, l’enseignant est là mais il ne dispense aucune leçon, aucun cours.
Prions seulement car c’est tout ce qui reste à faire.

Pour finir cher oncle sache que si ton enfant présente un examen de l’Office du Baccalauréat cette année, c’est-à-dire probatoire ou Baccalauréat, tu devras lui remettre 12 000F CFA au lieu de 9500F CFA pour les frais d’examen. Mama Nalova Lyonga Pauline, la ministre des enseignements secondaires en décidé ainsi cette semaine.

Je te reviens si quelque change.

Ton neveu qui est en ville

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes