20.9 C
Yaoundé
jeudi, 13 juin 2024

Trop de frustrations, trop d’accusations se plaignent les veuves cette semaine

La journée internationale des veuves s’est célébrée le 23 juin 2021. Au Cameroun, madame le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Marie Thérèse Abena Ondoa a présenté aux hommes et femmes de médias, la situation de la veuve. Un tableau sombre fait d’abus de toutes sortes après le décès du mari. Elle a appelé les familles, la société, les pouvoirs publics et les organismes internationaux à lutter ardemment contre ces injustices qui rendent la veuve misérable.

Occasion pour votre journal la Crème hebdo de ressortir les conditions de vie de cette couche sociale rendue vulnérable par des pratiques, préjugés et considérations de l’opinion publique sur les veuves. C’est dans cette interview que nous a accordée madame *Ndje’e* , veuve et présidente de la Fédération des Réseaux et Associations des Veuves, Veufs, Orphelins et Orphelines et Pupilles de la Nation

Madame Ndje’e bonjour !

Bonjour mon fils.

Vous êtes veuves depuis combien d’années ?

Je suis veuve depuis 37 ans.

Ça été facile pour vous de vous habituer avec l’absence de votre mari pour toujours ?

Ça n’a pas été du tout été facile. Quand vous avez perdu votre mari, c’est complétement le noir que vous voyez.

Et pourquoi ?

Trop de frustrations, trop d’accusations. Généralement, on accuse la veuve d’avoir tué son époux.

Et ça été le cas avec vous ?

Oui, oui. Ça été le cas. Les représailles sont tellement fortes. Parfois, on est obligé de se réfugier quelque part pendant des années avant de réapparaître.

Les menaces viennent de qui ?

De la belle- famille généralement. Certains membres, pas tous, vous donnent des insomnies en dehors de la douleur que vous avez déjà. Ils veulent tout prendre, tout vous arracher. Vous faites l’objet de toute sorte de violence.

Avez-vous réussi à garder quelque chose de votre mari ?

De ce côté oui , oui, par la grâce de Dieu. Mais j’ai été menacée physiquement et psychologiquement, j’ai toujours été menacée.

Après le décès de votre époux, vous avez décidé de militer en faveur des veuves. Vous êtes aujourd’hui présidente d’un très grand Réseau, la Fédération des Réseaux et Associations des Veuves, Veufs, orphelins, Orphelines et Pupilles de la nation. Les témoignages des veuves, c’est frustrant ?

C’est même révoltant à la limite. Elles se plaignent des rites de veuvage humiliants et dégradants. Une femme à qui on demande de passer une semaine sans se laver, c’est inhumain.La mort naturelle n’existe plus, c’est la femme qui a tué. Il faut payer le veuvage et ce qu’on leur demande, c’est énorme comme si vous payiez le prix de votre libération. D’autres, ont chassé le domicile de leurs maris décédés.

Et vous faites quoi pour les encadrer ? 

Vous savez, il y a trop de veuves, on essaie de les réunir en associations pour qu’elles ne se sentent plus seules. On les regroupe pour remonter leur moral , les orienter puisqu’elles sont désemparées. Il y a d’autres qu’on assiste dans les tribunaux pour récupérer les biens de leurs époux car , plusieurs font face aux abus et ne savent que faire.

Madame Ndje’e, je vous remercie

C’est moi qui vous remercie pour l’attention que vous accordez à la situation de la veuve au Cameroun. Je sais que vous êtes là voix des sans voix.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes