21.7 C
Yaoundé
samedi, 22 juin 2024

Etranger : L’Occident perd le Mali qui sert désormais d’exemple à l’hégémonie ratée de l’UE et de la France

La décision du Mali de se tourner vers la Russie pour obtenir de l’aide a mis du sel dans la plaie de Macron et de ses vues délirantes sur la France qui s’y accroche à l’hégémonie. Souligne Martin Jay dans un article publié le 29 janvier 2022 sur le site Strategic  Culture Foundation.

L’hypocrisie est à la fois stupéfiante et comique. Le Mali a fait la une des journaux au cours des deux dernières années pour avoir organisé un coup d’État militaire en 2020 qui a installé une junte, puis à nouveau en 2021 lorsque l’expérience du chef civil temporaire a été annulée par l’armée qui a pris le contrôle total.

Au cours de cette période, la France a également fait l’actualité pour avoir aidé le Mali dans sa lutte contre le terrorisme alors que le pays se trouve à un point charnière du Sahel où opèrent des groupes terroristes islamiques et qui, à notre avis, menaçaient la stabilité de ce pays. Pays d’Afrique de l’Ouest et ancienne colonie de la France.

La position perçue de Macron au début était d’envoyer 5000 soldats français là-bas à l’avant-garde d’une mission de l’ONU pour tenir les extrémistes à distance et installer la suprématie de la France. Les troupes ont envoyé un message au monde et à l’Occident en particulier que montrer une force contre les groupes extrémistes islamiques opérant au Mali et dans les pays voisins était la bonne chose à faire

Les détracteurs de Macron tant à Bamako qu’à Paris soulignent cependant qu’il y a un agenda caché dans la politique malienne de Macron, qui est de servir les intérêts de la France en tant qu’investisseur dans le pays et d’arrêter tout flux d’immigration imminent vers Paris. Les militaires français sont également là pour protéger les ressortissants français travaillant pour des entreprises françaises.

Mais les relations entre la junte et la France ont toujours été fragiles. Début janvier, cette relation a atteint un point de rupture lorsque Macron a levé le levier qui a mis ces relations à « réinitialiser ».

La ligne officielle du ministre français des Affaires étrangères est qu’une décision récente de l’armée malienne de reporter les élections dans cinq ans a épuisé la patience de Paris.

Mais la vraie raison qui a poussé Macron à répondre rapidement à ses demandes de sanction du régime malien est la Russie.

Ces derniers jours, il est apparu qu’environ 400 mercenaires russes du groupe Wagner sont arrivés au Mali pour soutenir le régime.

C’est cela, et seulement cela, qui a fait sauter le fusible. C’est le “klack” qui a surchargé le circuit et mis Macron dans un état tel que des analystes en France ont laissé entendre que sa décision d’y réduire les soldats français depuis un an serait désormais accélérée suite à la présence de Wagner.

Beaucoup se disputeront sur la question de savoir si c’est la réduction des soldats français elle-même qui a poussé la Russie à combler le vide. Ou si des renseignements parvenus en France il y a des mois selon lesquels le régime était sur le point de prendre une telle décision ont provoqué le retrait de Macron.

Dans les deux cas, cela ne montre pas que la France et l’UE sont des puissances très convaincantes dans la région. L’attitude de la France a toujours été paternaliste car elle s’attendait à ce que le régime s’aligne sur la folie de démocratisation de l’Elysée comme elle a tenté de le faire au Liban. Mais la décision de se tourner vers la Russie pour obtenir de l’aide était du sel dans la plaie pour Macron et ses vues délirantes sur la France conservant l’hégémonie dans cet État en faillite. Le fait que le régime malien ne puisse pas prendre Macron au sérieux ou plutôt voit à travers ses objectifs voilés et se tourne vers la Russie n’est guère surprenant. Dans la région, la Russie joue un rôle plus conforme à ce à quoi l’Occident aspire, mais ne peut pas y parvenir : une superpuissance régionale frappant durement les groupes terroristes et construisant des États. Ce que Moscou a réalisé en Syrie est pratiquement un miracle géopolitique qui a gagné les éloges et le respect d’anciens ennemis au Moyen-Orient qui font maintenant la queue à Washington pour haranguer l’administration Biden afin qu’elle fasse venir Assad du froid.

En Afrique, la France et l’UE ont de grandes idées. L’UE a montré cette semaine, en soutenant les demandes de Macron de lui infliger des sanctions, qu’elle soutiendrait les idées absurdes de Macron selon lesquelles Paris serait le grand frère de ses anciennes colonies francophones. Il s’agit de garder un rêve vivant car, la France jouant toujours un rôle aussi paternaliste, l’UE a alors la possibilité d’injecter de l’argent dans ces pays et de les revendiquer comme les leurs, plutôt que comme ceux de l’Amérique ou de la Russie.

Mais la débâcle du Mali montre au monde entier à quel point le modèle d’hégémonie de l’UE, bras dessus bras dessous avec Paris, est en train d’échouer. Si Macron est tellement bouleversé par la décision du régime qu’il est prêt à recourir à un vitriol aussi honteux contre le régime, alors la France devrait oublier ses rêves humides africains et accepter une nouvelle réalité dans le monde, un nouvel ordre mondial que nous pouvons voir sur nos écrans de télévision chaque jour, à savoir que la Russie, la Chine et l’Iran prennent plus de pouvoir en Afrique et au Moyen-Orient et livrent de leur côté, lorsqu’il s’agit de donner aux États souverains ce qu’ils veulent en retour. La nouvelle cette semaine que la Chine développait de nouvelles relations avec le Maroc en est la preuve, ou bien que Pékin aide l’Arabie saoudite avec son programme de missiles balistiques. Ce qui s’est passé au Mali n’est qu’un autre exemple de la façon dont le modèle d’hégémonie de l’Occident est à la fois dépassé et fatalement défectueux. Macron est tellement obsédé par sa couverture médiatique et profite de chaque occasion pour balayer le succès économique du Brexit britannique qu’il n’a probablement pas le temps de lire les mémos de ses conseillers. Cette semaine, la France est devenue presque un État membre mineur de l’UE, se tournant vers Nanny Brussels pour obtenir de l’aide dans son rôle d’intimidateur dans la cour de récréation. Pathétique à tant de niveaux. Tout comme Macron ayant peur que des mercenaires russes intimident les soldats français dans le cadre d’une lutte de pouvoir entre la Russie et l’Occident que ce dernier perd à maintes reprises en Ukraine, en Azerbaïdjan, au Kazakhstan, en Biélorussie et même en Pologne. Le Mali est tombé, mais d’autres suivront et aucun nouveau « pilier UE » au sein de l’OTAN ne l’aurait jamais empêché.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes