21.7 C
Yaoundé
samedi, 22 juin 2024

Vie chère au Cameroun : La démagogie du Gouvernement face aux cris des populations

Pendant que l’inflation de divers produits bat son plein dans les marchés Camerounais, les décideurs de Yaoundé à travers le Ministère du commerce feigne de trouver des solutions en s’en prenant à la mauvaise cible.

La descente dans les marchés de la cité capitale du Ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atanga le 1er mars 2022 dans l’optique de constater et de traquer les commerçants auteurs de spéculations des prix s’est avéré être plus un coup de pied dans la fourmilière qu’une solution, selon certains commerçants de la place.

Salamatou, vendeuse de beignet au marché Mokolo nous fait savoir qu’elle ne réalise plus de bénéfice dans son commerce : « Le prix du sac de farine de 50 kg au marché est passé de 19 000 FCFA à 20 000 ; par endroit 20 500 FCFA. Le Kg de farine passe de 450 F à 500 Fcfa. Par contre, je continue de vendre le beignet à 25 f. Vous voyez bien que je suis perdante, je suis obligé de jongler soit augmenter le prix soit réduire la grosseur du beignet. » Les grossistes quant à eux se plaignent de la hausse des prix au niveau de leurs fournisseurs qui se plaignent à leur tour des importateurs. C’est donc un mal qui va de la racine à la cime.

Comment sortir du gouffre ?

Le Cameroun est en proie à l’inflation des produits sur son marché à cause de sa forte dépendance aux produits importés. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que les grandes crises économiques internationales se répercutent violemment dans le pays. Le cas de la pandémie de covid-19 avec la fermeture des frontière a rendu rare certains produits sur le marché ; Conséquence les quelques produits qui  existent voient simplement leur prix augmenter inévitablement. C’est encore le cas avec la crise Ukrainienne qui limite l’importation de certains produits venant de la Russie à l’instar du fer.

Le Cameroun doit réorienter ses politiques industrielles

Si le pays voudrait éviter de tels désagrément à l’avenir, il est important que le tissu industriel soit dynamisé et qu’un véritable sentiment de labélisation du made in Cameroon soit renforcé.

Le pays doit se donner les moyens de moins importer en produisant plus à l’interne tel que l’a toujours clamé certain économistes. La forte production du riz de Yagoua pourrait à coup sûr réduire l’importation du riz Thaïlandais. Les efforts à faire dans ce sens sont légion. A contrario les mêmes causes produiront les mêmes effets.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes