22.7 C
Yaoundé
vendredi, 21 juin 2024

Economie : Le Cameroun projette une croissance de 4,4% en 2024

Le rapport Africa’s pulse de la Banque Mondiale rendu publié le 13 avril 2022 présente une nette amélioration de la croissance au Cameroun malgré les grands chocs économiques que traverse le monde et qui s’abat de plein fouet sur les pays d’Afrique Subsaharienne.

 L’analyse semestrielle des perspectives macroéconomiques à court terme menée par le rapport de la Banque Mondiale Africa’s pulse prévoit une croissance en hausse au Cameroun pour les deux prochaines années : « L’évolution de la croissance pour le Cameroun, dont l’économie est relativement diversifiée, affiche de solides performances dans la durée, pour atteindre 4,4% en 2024.» Souligne le rapport de la Banque Mondiale. Selon la Banque Mondiale : «  Les pays riches en ressources, en particulier dans le secteur extractif, enregistreront une meilleure performance économique du fait de la guerre en Ukraine, tandis que les pays ne disposant pas de ressources naturelles abondantes connaitront un ralentissement de leur activité économique.» Si on peut espérer une augmentation de croissance au Cameroun et dans certains pays à l’instar du Nigéria et l’Angola du fait de la richesse de leur sous-sol, on ne saurait minimiser l’impact dans le continent  des crises qui sévissent dans le monde.

L’Afrique : Théâtre des inflations

Ne s’étant pas encore relevés des chocs causés par la pandémie de coronavirus, les pays africains font actuellement face à la crise ukrainienne dont les répercussions sur le continent sont farouches. On observe une flambée d’inflation des prix des produits de première nécessité sur le marché avec une régression de la croissance économique de certains pays.  Selon le rapport de la Banque Mondiale, le Continent prévoit une croissance de 3,6 jusqu’en fin d’année 2022 une baisse observée contrairement  aux 4% enregistrés en 2021. La persistance de nouveaux variant de la covid-19, l’inflation globale, la perturbation des chaînes d’approvisionnement et les chocs climatiques et la montée des cours mondiaux des matières premières, accélérée depuis le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine sont entre autres facteurs ayant favorisé cette situation qui préoccupe la Banque Mondiale et les Etats africains. Car il est vrai que les personnes pauvres et les populations vulnérables seront les plus touchée, surtout dans les zones urbaines. Albert Zeufack, économiste en Chef de la Banque Mondiale pour l’Afrique souligne qu’ « avec des marges budgétaires limitées, les décideurs doivent se tourner vers des options innovantes comme la baisse ou la suppression temporaire des droits à l’importation sur les denrées alimentaires de base, pour venir en aide à leurs concitoyens.» Une proposition à laquelle de nombreux pays pourraient faire recours pour amortir le choc de ces crises sur leur population.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes