22.2 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Rentrée scolaire 2022-2023 : Les kits scolaires à têtes chercheuses de Paul Biya

Pendant que certains retrouvent le sourire en ce début d’année scolaire, d’autres baignent dans une marrée de larmes ne sachant à quel saint se vouer.

Ils sont tous des victimes des affres de la guerre dans les régions du Nord-Ouest ; du Sud-Ouest et du terrorisme dans l’Extrême-Nord du pays. Pourtant, seulement quelques privilégiés ont droit à la reconnaissance du Président Paul Biya qui met chaque année depuis 7 ans, des kits scolaires en vue d’une meilleure rentrée scolaire. Voilà la triste réalité qui embrase les cœurs des enfants victimes de la guerre au Cameroun. Une fois de plus, le Ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo a procédé le mercredi 31 août dernier, à la remise des kits scolaires du Président de la République aux enfants dont les parents sont morts en guerre dans les régions en crises pour défendre la patrie. Ces dons remis aux « pupilles de la nation » selon le MINDEF doivent permettre à ces derniers de continuer sereinement leurs études comme ils l’auraient fait du vivant de leurs parents. Bien que cet acte soit généreux et important pour booster le moral des éléments au front, la limite à cette catégorie sociale, selon certains critiques, pourrait créer des frustrations.

                                                  MINDEF

Le malaise des autres enfants victimes de la guerre au Cameroun

Dans une enquête récemment menée par notre rédaction auprès des enfants de rue tapis autour de la gare ferroviaire de Yaoundé et au marché du Mfoundi, il nous a été donné de constater que nombreux parmi ces enfants ont fui leurs villages dans l’Extrême-Nord à cause des exactions de la secte terroriste Boko Haram.  Haminou Sadou 12 ans : « Notre maison a été brûlée et mes parents sont morts j’ai volé le train pour venir ici à Yaoundé. Je ne connais personne je dors sur les cartons devant la boutique-là. En journée, je pars prendre la brouette et je travail. » Il y a également les enfants de certains parents constitués en comité de vigilance tués qui sont aujourd’hui abandonnés à leur sort et recueilli par la rue. Qu’en est-il des enfants des enseignants tués dans ces zones de crise ? Voilà selon nos observateurs, une autre bombe à retardement qui pourrait s’exploser plus tard si rien n’est fait. Car ces enfants qui n’ont pas à nos jours les mêmes possibilités d’aller à l’école comme les autres se radicalisent et pourraient perpétrer à la longue ces crises ou les entrainer à adopter des comportements antipatriotes.

L’urgence d’une prise en compte

A côté du Ministère de la défense qui joue déjà un rôle important pour la sécurisation des enfants des soldats victimes de la guerre dans les régions en crise, le gouvernement devrait renforcer les pouvoirs du Ministère des Affaires Sociales en vue de la prise en compte de tous les enfants victimes des affres de la guerre dans les régions en crise. Ceci, à défaut de mettre sur pied une véritable structure à l’instar Comité National de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration, créé par le Président de la République par un décret daté du 30 novembre 2018.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes