21.7 C
Yaoundé
samedi, 22 juin 2024

Approvisionnement de l’Europe en gaz russe : La solution controversée de Moscou

Vladimir Poutine a émis lors de sa récente rencontre avec le Président Turque, son souhait de construire en Turquie un “hub gazier” qui permettra aux européens d’avoir du gaz à des prix moins “exorbitants”. Paris crie au scandale.

Alors que la crise de carburant bat son plein en Europe, Poutine envisage une solution que désapprouve la France. Le Président russe vient de décider lors de sa récente rencontre avec son homologue turque Tayyip Erdoğan de construire en Turquie un “hub gazier” afin de ravitailler l’Europe passant par ce pays. Le maitre de Kremlin a également exprimer son intention de récupérer les réserves de gaz contenues dans les gazoducs Nord Stream.

Paris s’indigne

Face à cette décision du russe l’Élysée réplique : “Il n’y a pour nous aucun sens à créer de nouvelles infrastructures qui permettraient d’importer davantage de gaz russe”, lit-on dans cette déclaration qui martèle : “Il y a quelques mois encore, presque 40% du gaz livré à l’Union européenne venait de Russie. Aujourd’hui cette part du gaz russe est de 7,5% seulement celle-ci a encore vocation à diminuer.” La crainte de l’Élysée est donc justifiée au regard des relations tendues de l’Union Européenne et Moscou au sujet de la guerre en Ukraine.

La Turquie paraitrait plus rassurant pour la Russie

Dans un contexte de crise sécuritaire avec le vieux continent, confier ses réserves à un pays ami permettrait à coup sûr à Poutine de garder la tête sur les épaules ; delà, il pourrait mieux contrôler ses acquis outre le renforcement des liens avec ce pays ami.
L’on se souvient que les gazoducs Nord Stream ont récemment connues de série de bombardement dont les responsables sont restés jusqu’ici inconnus.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que c’est pour mieux contrôler ses investissements que l’option turque a été trouvée. L’option d’un élargissement de son marché qui pourrait ne plus se limiter à l’UE n’est pas à exclure d’ailleurs Paris fait savoir qu’ : “Il se peut que la Russie et la Turquie décident ensemble d’exporter davantage de gaz mais ça ne peut pas être vers l’Union Européenne qui a des engagements de souveraineté, de réduction de ses dépendances et par ailleurs de transition climatique qui sont incompatibles avec ce genre de raisonnement.” Quoi qu’il en soit, il est clair que le Président russe prend ses distances avec ses ennemis européens et se veut plus efficace en ayant une parfaite maitrise de ses ressources.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes