20.9 C
Yaoundé
jeudi, 13 juin 2024

Sommet États-Unis – Afrique : Les enjeux de la présence de Paul Biya

Le Président de la République du Cameroun séjourne depuis la fin de la semaine dernière dans le pays de l’oncle Sam à l’effet de prendre part au deuxième sommet États-Unis – Afrique prévu du 13 au 15 Décembre à Washington DC.

C’est une actualité qui n’aura pas échappé aux observateurs de la scène politique nationale et sur les activités du Président Paul BIYA. L’homme qui cumule 40 ans au pouvoir et bientôt âgé de 90 ans est sorti du pays depuis le début du weekend dernier pour honorer à l’invitation de son homologue Américain Joe Biden. Une sortie qui interroge aussi qu’elle confirme la relation étroite entre Yaoundé et Washington. Si Paul BIYA a répondu favorablement à l’invitation de Joe Biden, lui qui, ces derniers temps semble avoir opté pour une diplomatie de représentativité et non de présence, c’est à coup sûr parce que l’enjeu de ce sommet est on ne peut plus important pour le Cameroun. La sécurité, l’économie, la lutte contre la piraterie maritime et les droits de l’homme seront au menu des échanges entre le leader américain et les leaders africains.

Dans un contexte mondial marqué par de lourdes ” incertitudes “, un tel rendez-vous ne pouvait pas se faire raconter. Paul BIYA a l’espoir de décrocher un tête à tête avec le Président Biden pour certainement parler ” enfin “ de ces sujets qui ” divisent”. Ce déplacement de Paul BIYA intervient quelques jours seulement après que la diplomatie Camerounaise a obtenu de la justice américaine, l’inculpation de trois Américains d’origine Camerounaise, impliqués dans le financement de la sécession et du terrorisme dans les régions du nord-ouest et du Sud-Ouest. Le Chef de l’Etat Camerounais, en bon diplomate, y va pour certainement dire merci à son homologue et aussi pour souhaiter que la justice américaine accentue la traque contre ces ennemis de la paix, financiers et donneurs d’ordres des groupes séparatistes Camerounais, très présents aux États-Unis.

La gestion de cette crise avait même poussé l’administration précédente à infliger des sanctions contre le Cameroun. En effet, en 2018, les États-Unis sous l’ère Donald Trump, avaient suspendu le programme de formation destiné à certains corps d’élite de l’armée nationale et annulé la livraison au pays de quatre bateaux de patrouille. Le congrès américain, faisant foi aux allégations de violation des droits de l’homme impliquant les éléments des forces de défense et de sécurité Camerounaises dans la guerre contre les groupes sécessionnistes anglophones, pour obtenir en 2019, une réduction de l’aide militaire pour un montant d’environ 9 milliards de Francs CFA.

Plus grave encore, le 1er Novembre 2019, le Cameroun avait été exclu du système commercial préférentiel accordé par les États-Unis aux pays africains, dans le cadre de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) par l’ex président Donald Trump sous le prétexte de violation des droits de l’homme par l’armée dans le Nord-ouest et le Sud-Ouest. Paul BIYA doit donc porter le plaidoyer pour le rétablissement de l’aide militaire réduite depuis 2018, négocier la réintégration du Cameroun dans l’AGOA entre autres. Ce sommet pourra également permettre à l’administration américaine de voir plus sur la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest. Voilà pourquoi Paul BIYA est aux États-Unis.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes