22.8 C
Yaoundé
mercredi, 12 juin 2024

Intelligence Artificielle : Vers l’élimination du ‘’ chagrin ‘’ causé par la mort ?

Il ne s’agit nullement du spiritisme ou de toute autre pratique magico-religieuse, encore moins d’un rêve rempli de souvenirs mortuaires. Il est tout simplement question de la technologie mieux de l’intelligence artificielle.

La mort, la vraie, celle qui est en clair la séparation physique d’avec un être car décédé, tend à être banalisée, réduite à une simple scène d’une séparation provisoire, le temps de l’ensevelissement. Dans le sillage de ChatGPT et de l’intelligence artificielle (IA), des technologies douteuses voient le jour et soulèvent des questions d’ordre éthique. Exemple avec ces technologies qui nous promettent de faire « revivre » les morts. Adieu le chagrin !!!


En 2013, dans l’un des épisodes de la série Black Mirror, l’on vivait le scénario d’une femme après la perte de son mari dans un accident. Au jour des funérailles, enceinte et désespérée, la jeune veuve apprend l’existence d’une application qui va lui permettre de simuler des conversations avec un avatar alimenté grâce aux données numériques du défunt. Bien vite, tout s’enchaîne et… dérape. Si nombreux sont ceux qui voyaient en ce scénario une pure fiction, aujourd’hui, la fiction tend à rejoindre la réalité, pour en fait devenir cette réalité-là. Ces technologies, qui nourrissent pléthore de fantasmes, portent un nom : les deadbots (contraction de « mort » et de « robot » en anglais), des agents conversationnels dont l’IA a été entraînée avec les données numériques d’une personne décédée, comme ses photos, ses vidéos, ses publications ou encore ses conversations. Le robot peut alors être en mesure de reproduire la parole et les comportements langagiers de la personne en question. Si vous pensez qu’il y a de la marge avant de voir débarquer de telles créatures dans notre réalité, vous vous fourvoyez. À l’heure où l’IA dite « générative » franchit un nouveau cap avec les progrès de ChatGPT-3, peu de gens se souviennent que, en 2021, sa société mère, l’entreprise OpenAI, avait bloqué un projet détournant sa technologie en l’alimentant avec les données d’une femme morte.


Mais toutes les firmes ne font pas preuve des mêmes précautions. Comme le confie Marianne Laurence Devillers, professeure d’informatique appliquée aux sciences humaines et sociales à la Sorbonne, auteure de l’ouvrage Des robots et des hommes: mythes, fantasmes et réalité (Plon, 2017) : « Certaines entreprises ont tout de suite perçu la manne économique potentielle derrière les deadbots. L’idée même de faire “revivre” les morts existe depuis très longtemps. Cette technologie semble, pour le moment, plus simple à exploiter que toute autre idée comme la cryogénisation, chère aux transhumanistes, qui ne peut être effectuée que sur une personne défunte. » Ces entreprises ont pour noms HereAfter AI, StoryFile ou encore You, Only Virtual. Elles font toutes la même promesse : interagir sous différentes formes avec ceux qui ne sont plus. « Vous n’aurez plus jamais à dire au revoir », jure-t-on sur le site de You, Only Virtual, « première technologie numérique de l’au-delà ».
Si cette technologie dite innovante tente de perpétuer la race ou mieux la mémoire de la personne décédée, elle ne manque cependant pas d’essuyer des critiques et interroger les défenseurs de l’éthique sociale plongés dans l’émoi. Le 15 septembre 2021, le Comité national pilote d’éthique du numérique, dont la mission est « d’éclairer le débat public sur les enjeux d’éthique du numérique » adoptait un premier avis sur les agents conversationnels. Une partie spécifique était consacrée à la mémoire des morts. Les membres alertaient déjà : « L’agent conversationnel qui imite une personne décédée est souvent utilisé par quelqu’un qui a connu la personne de son vivant. Même si l’utilisateur sait que l’échange n’émane que d’un chatbot et non de la personne qu’il avait connue, il n’en a pas en permanence conscience. L’utilisateur parvient alors à réaliser son envie de se remémorer le défunt en se laissant parfois entraîner dans l’illusion de sa présence. Cette situation se rapprocherait des séances de spiritisme dans les pratiques antérieures, à la différence que l’utilisateur sait qu’il interagit avec une machine. » Ce qui l’inquiète, en revanche, c’est moins la projection d’émotions que « l’investissement affectif, psychologique, que nous entretenons avec ce type d’outil technologique ». C’est d’ailleurs ce qui différencie le deadbot des autres agents conversationnels. La limite relève d’un questionnement existentiel : celui de notre rapport au deuil. Comment ne pas compatir avec l’être éploré qui recherche une forme d’échappatoire et de béquille face au réel ? Certes, le deuil de la relation avec un défunt est loin d’être chose aisée. Mais avec les deadbots, l’homme ne risque-t-il pas de se transformer en un fantôme numérique qui viendrait hanter ses descendants après sa disparition ? DEUIL INÉVITABLE « L’endeuillé pourrait utiliser cette IA pour éviter de se représenter la mort elle-même. Il pourrait alors empêcher le travail de deuil de se réaliser, dans une forme de mortification mélancolique. Et cette mélancolie pourrait créer une forme d’aliénation folle vis-à-vis de la machine » analyse Michaël Stora, psychologue et psychanalyste, cofondateur de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines.
Les rituels liés à la mort font partie des premiers rites humains. C’est ce qui nous distingue fondamentalement des animaux, qui n’enterrent pas leurs morts. Notre gestion du deuil demeure très importante, et une relation saine au deuil est une relation où le mort n’est ni oublié ni refoulé. Au contraire, l’absence est assumée, sans oblitérer l’attachement à la personne. Avec les deadbots le danger est de maintenir la plaie vive, le risque est de ne pas advenir soi-même.
Il faut respecter les morts et par-dessus celui qui a permis que cela soit !!

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes