24.7 C
Yaoundé
jeudi, 20 juin 2024

Guerre au Soudan : Les propos ‘’ coupables ‘’ d’Antonio Guterres

Mercredi, le patron de l’ONU Antonio Guterres a effectué un déplacement aux Emirats. Il estime que le monde avait “échoué” à empêcher la guerre entre généraux qui déchire le Soudan. Des propos qui sont vides de sens et accusent autant qu’ils démontrent l’incapacité de l’Onu à véritablement gérer les conflits, mieux les prévenir.

Alors que cela fait déjà 21 jours de combats acharnés entre l’armée et les paramilitaires qui se disputent le pouvoir au Soudan, risquant d’entraîner la région dans une crise, la sortie du patron de l’ONU vient relancer le débat sur les réelles missions de cette institution devant les conflits qui font rage en Afrique et dans le monde. Antonio Guterres affirme que « le monde a échoué à empêcher la guerre entre généraux qui déchire le Soudan ». En réalité qu’a fait l’Onu pour éviter les conflits en Afrique et dans le monde ? Une question qui mérite d’être posée avec acuité car à bien observer, l’institution que dirige Antonio Guterres se spécialise beaucoup plus dans les aides pendant la guerre que dans la prévention de la guerre même.


Pour le cas du Soudan, la crise débute réellement en 1983, la stabilité du Soudan est menacée lorsque le gouvernement de Gaafar Mohammed Nimeiry impose la charia et divise le sud du pays en trois provinces administratives. Le vif mécontentement des sudistes entraînera une crise qui dégénérera en guerre civile. Qu’a réellement l’Onu ?
Au Mali, en République Centrafricaine, en Somalie, en République Démocratique du Congo, en Libye etc…qu’a fait l’Onu pour éviter le chaos, pour éviter que ces pays ne soient déchirés par des guerres dont les véritables commanditaires et orchestrateurs sont en Occident ? Ils ont envoyé les casques bleus, les missions de la paix dont le véritable est de protéger les intérêts des plus grands financeurs de l’organisation et non d’être aux côtés de la population.

Les deux hommes forts du Soudan

Au cœur de cette recrudescence de violence aux allures de guerre civile au Soudan, se trouve la rivalité entre les deux hommes forts du pays: le chef de l’armée et dirigeant de facto du pays, Abdel Fattah al-Burhane, et Mohamed Hamdane Daglo, dit » Hemedti » , patron des Forces de Soutien Rapide (FSR), puissant groupe paramilitaire. Deux hommes dont les soutiens sont éparpillés à travers les puissances occidentales, chose qui rend difficiles les pourparlers de paix et la fin de cette guerre car chaque partie a derrière elle « une grande puissance ». voilà là où l’Onu devrait mener son combat, réunir les soutiens de ces deux chefs de guerre et trouver une issue.

De plus, le conflit en Ukraine est venu une fois de plus étaler l’esprit partisan d’une organisation qui ne devrait pas l’être.
Peut-être que refonte de l’Onu et sa reconstruction sur des bases solides s’impose pour espérer avoir un monde juste et moins conflictuel

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes