22.8 C
Yaoundé
mercredi, 12 juin 2024

Le mépris de Paul Biya vis-à-vis de ses pairs de la Sous-région.

C’est désormais un secret de polichinelle d’observer de façon quasi régulière les absences du président Paul Biya du Cameroun lors des évènements organisés par ses autres homologues de la sous-région. La rencontre récente de Libreville (01er Juillet 2023) n’a sans doute pas été une surprise pour tout hôte présent à ces travaux. Le sommet relatif à une solidarité internationale en faveur des réfugiés soudanais dans certains pays d’accueil, confrontés à l’afflux massif de ces déplacés externes a une fois de plus brillé par la chaise vide du numéro I camerounais. Une coutume pourrait-on dire de la part du locataire d’Etoudi qui n’a parfois pas la décence d’envoyer une personnalité de haut rang pour le représenter.

S.E Paul BIYA
                      Président de la République du Cameroun

Cette nouvelle indélicatesse n’est pas sans rappeler plusieurs autres à l’instar de l’absence du fils de Mvomeka’a au sommet d’Addis Abéba, en Ethiopie du 18 février dernier. Une fois de plus, le patron de l’exécutif camerounais n’a pas daigné faire le déplacement pour ce 36ème sommet de l’Union Africaine en vue de tabler sur la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECaf), les défis sécuritaires. Cette session de haute importance s’est faite avec son Ministre des Relations Extérieures, Lejeune Mbella Mbella.

Pourtant, ses autres pairs ont très souvent affiché du respect à son égard lors des réunions qu’il organise en terre camerounaise. Les experts ont encore en mémoire, le sommet extraordinaire de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale du 22 novembre 2019 au palais de l’Unité. Une rencontre autour des problématiques économiques, financières et monétaires de la zone CEMAC et qui permit d’analyser avec minutie et en présence de la quasi-totalité des chefs d’Etat des autres pays de la sous-région, les perspectives des économies en présence afin de tirer des conclusions fortes qui découlaient de la stratégie régionale de sortie de crise, issue de la rencontre de Yaoundé du 23 décembre 2016. Un contexte mondial marqué par de fortes tensions géostratégiques, des incertitudes socio-politiques au Cameroun (Boko Haram, début de la crise du NOSO, incursion sporadique des anti-balaka à l’Est), sans oublier la conjoncture économique internationale difficile. Des contraintes qui n’ont pas réduit l’engouement des autres présidents de la CEMAC à faire le voyage de la capitale politique camerounaise.


Un respect de ses congénères qui n’est pas partagé par l’homme du 06 novembre 1982 qui trône sans partage depuis plus de quatre décennies à la tête du Cameroun. Rien, de ce qui est initié par des autres présidents de la sous-région voire de la région n’est sans doute important pour le nonagénaire. Certains partisans du candidat naturel du parti proche du pouvoir, défendent ces absences par le fait du travail acharné effectué par le président camerounais, pour d’autres, plus intolérants, cela est dû à son laxisme, sa léthargie voire son mépris inconditionné pour autrui. Une seule chose est claire, ce n’est en apparence pas une question de fatigue car l’expérimenté homme politique n’a jamais décliné une invitation de la France. En effet, les forums organisés par l’ex colon sont des moments privilégiés de l’agenda de Paul Biya. Une indication qui vient réveiller à la mémoire des moins érudits de la vie politique camerounaise, le récent déplacement effectué par Paul et Chantal Biya le 21 juin 2023 lors du sommet pour le nouveau pacte financier mondial organisé à Paris, en France les 22 et 23 juin 2023. Et que dire, des présences en grande trompe et sous fond de tambours et trompettes « du grand architecte de l’Emergence du Cameroun » au forum de Paris initié par le président français Emmanuel Macron à l’instar de celui du 12 novembre 2019.

Paul et Chantal BIYA accueillis au Sommet de Paris pour un nouveau pacte                 financier mondial

Alors, des interrogations restent en suspens : Pourquoi ces absences quasi récurrentes quand-il s’agit des réunions en Afrique ? Paul Biya n’a-t-il pas de respect pour les pays de sa région ? Le président de la République du Cameroun est-il un simple pion de la France ? En d’autres termes, que cache cette attitude révérencielle à l’endroit de l’ex pays colonisateur ? Des interrogations qui ne trouveront sans doute pas de réponses du côté de la première personnalité du Cameroun dont les silences parfois traitres et complices de cette misère qui ne cesse d’être visible au sein de ces 27 millions de compatriotes ont néanmoins fait l’objet de thèses de la part de certains intellectuels à la camerounaise.

Par Brice Ngolzock

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes