21.7 C
Yaoundé
samedi, 22 juin 2024

Crise au Niger : L’ après ultimatum

Quelques heures après la fin du délai adressé au pouvoir militaire nigérien par la CEDEAO, l’Afrique et le monde attendent avec suspicion la décision finale de la communauté sous régionale.

Alors que la durée de vie de l’ultimatum de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur une intervention armée contre la junte militaire au pouvoir au Niger au cas où le président renversé Mohamed Bazoum n’est pas rétabli dans ses fonctions avant 23h59 ce 06 Août 2023 est arrivé à expiration depuis quelques heures, tout porte à croire que la CEDEAO est dépassée par ses propres événements tout simplement et pour plusieurs raisons.

Manque de consensus au sein de la CEDEAO.

Si certains pays de la CEDEAO (ceux ayant pris part à la rencontre) avaient affiché leur détermination à rétablir, même par voie armée, le président Mohamed Bazoum dans ses fonctions, il faut dire que depuis la fameuse réunion du dimanche 30 juillet dernier tenue à Abuja au Nigeria, les avis et les esprits des différents pays membres de la CEDEAO ne convergent plus vers la même direction. Le Mali, le Burkina Faso et la Guinée trois pays de l’Afrique de l’Ouest dirigés par des militaires avaient en début de semaine dernière affiché clairement leur opposition aux décisions du Président Bola Tinubu et ses complices en mettant en garde contre toute intervention armée qui s’assimilerait à leurs yeux à une attaque contre leurs pays respectifs. l’Algérie, géant dans le Sahel et qui partage près de 1000 km de frontières terrestres avec le Niger a également confirmé par la voix même du président Teboune son opposition contre toute attaque armée sur le sol Nigérien. Quatre pays, quatre puissances sous régionales qui s’opposent donc à la CEDEAO et qui poussent la bande à Tinubu à mieux réfléchir.

Tinubu débouté par le Sénat nigérian.

Ce dimanche 06 Juillet 2023, la Chambre haute du parlement nigérian a voté une résolution invitant le président en exercice de la CEDEAO par ailleurs président de la République fédérale du Nigeria Bola Tinubu à revoir sa décision d’intervention militaire au Niger. Une autre opposition qui vient mettre l’organisation sous régionale dos au mur. S’il est vrai que Tinubu peut toujours compter sur Alassane Ouattara de Côté d’Ivoire, Nana Akufor Ado du Ghana, Patrice Talom du Bénin, Macky Sall du Sénégal et des puissances étrangères favorables à une intervention militaire au Niger, l’autre équation très difficile à résoudre est le peuple nigérien.

Une veillée nationale au stade Seyni Kountché

Selon les derniers chiffres publiés par les médias locaux, plus de 30 000 nigériens se sont rendus ce 06 Août 2023 au stade Seyni Kountché pour une veillée nationale, une énième manifestation contre la CEDEAO et un soutien indéfectible derrière le général Abdramane Tchiani et ses hommes.
Quelle décision prendra finalement la CEDEAO qui, selon toute vraisemblance est allée trop vite dans son ultimatum et pourra ne plus se relever devant cet échec tout à fait incontournable. Les prochaines heures s’annoncent longues, le Niger cristallise toutes les attentions pour les prochains jours à venir.

De son côté, le pouvoir en place au Niger ne cesse de multiplier des communiquer depuis la fin de l’ultimatum et a annoncé la fermeture de son espace aérien car ” des informations faisant savoir qu’une puissance étrangère préparerait une intervention au Niger, circulent depuis quelques heures”.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes