21.6 C
Yaoundé
dimanche, 16 juin 2024

Intervention militaire de la CEDEAO au Niger : Ouattara, un putschiste reconverti

Une opinion se désole de constater que le Président Alassane Dramane Ouattara qui a lui-même accédé au pouvoir en Côte d’Ivoire après une guerre civile qui a conduit au massacre de nombreux ivoirien et à l’arrestation déshumanisante du Président Mgbabo alors au pouvoir, soit en première ligne des présidents ouest africains favorables à une intervention militaire au Niger.

Le président Alassan Ouattara de la Côte d’Ivoire a annoncé jeudi 10 août 2023, l’envoie d’un bataillon de 850 à 1.100 soldats pour participer à l’opération de rétablissement de l’ordre constitutionnel au Niger après le renversement du président Mohamed Bazoum par un coup d’Etat. Une déclaration qui survient au moment où des pays tiers et une certaine opinion, prônent plutôt pour une démarche pacifique afin d’éviter une effusion de sang au Niger.

Des curieux s’indignent de voir le Chef d’Etat ivoirien soutenir mordicus l’intervention de la force militaire de la CEDEAO au Niger pour déguerpir par tous les moyens les membres du CNSP actuellement au pouvoir dans le pays. Or des images sombres d’une tuerie sauvage et déshumanisante de nombreux ivoiriens au cours d’une guerre civile ayant conduit le Président Ouattara au pouvoir, hantent encore les esprits de nombreux témoins encore apeurés. Le Président Ouattara serait-il un habitué des effusions sanguines ?
Parlant du reproche fait au militaires membres du CNSP, nos interlocuteurs s’accordent sur le fait que le Chef d’Etat ivoirien est loin d’être un modèle. En effet, on se souvient comme si c’était hier que le Président Ouattara avec la complicité de la communauté internationale au premier rang desquelles la France, avait destitué le Président Laurent Gbagbo alors qu’il venait de briguer un second mandat à la tête du pays après un duel contre celui-ci. En clair, le 11 avril 2011 à 13h, le président Laurent Gbagbo est arrêté dans sa résidence, par les forces fidèles à Alassane Ouattara, ainsi que sa femme et certain de ses proches. Le président Gbagbo sera quelques années plutard traduit et arrêté par la Cour Pénal International grâce aux alliés de son bourreau. C’est pour non nombre par un coup d’Etat constitutionnel que le président Ouattara est arrivé au pouvoir et s’y maintient jusqu’aujourd’hui.

Et si c’était la France qui parlait dans Ouattara ?

De nombreux africains considèrent le président ivoirien comme un fidèle de la francafrique. Les plus durs le traitent de traitres de l’Afrique. Mais une analyse pas des moindres voit en cette sortie sans réserve de « ADO » un soucie de protéger les intérêts de ses protégés en difficulté au Niger. En effet, la France en jouant la carte de la réserve lorsqu’elle déclare qu’il n’est pas question pour ses 1500 soldats en poste au Niger d’intervenir, elle voudrait plutôt s’appuyer sur ses pions présents dans la sous-région pour faire pression.
Malgré les tractations et les velléités d’une intervention militaire de la CEDEAO au Niger, l’institution sous-régionale privilégie toujours la carte d’un règlement pacifique. mais en attendant, prévoit envoyer une force d’attente dans le pays. Les pions de la France vont devoir attendre encore.

 

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes