22.2 C
Yaoundé
dimanche, 23 juin 2024

Niger : Tiani d’un côté de l’échiquier et de l’autre côté Bazoum et ses alliés

Défiant les milliers de Nigériens qui saluent son arrestation, le président prisonnier a une fois de plus violé les lois de son pays en demandant une intervention militaire d’autres états Occidentaux et Africains contre son pays.

Les sanctions économiques imposées par le CEDEAO couplées à une menace militaire semblent conforter l’ancien professeur de philosophie dans sa résistance. Mais qu’il ne se leurre pas, la décision du peuple Nigérien quant à son avenir n’est pas en sa faveur. L’un de ses proches, notamment le ministre Rhissa Ag Boula s’exprimant le 9 Aout dans un journal proche des néo-colons , présentait Mohamed Bazoum comme « le symbole d’une démocratie en péril, un monument vivant qu’il s’agit de sauver. » Cette dépition de l’enseignant de philosophie, qui vraisemblablement comprend peu de la philosophie, est une caricature de la réalité.

Mohamed Bazoum

Mr Bazoum l’enseignant de philosophie, travaillait au contraire à l’asservissement de son peuple. Au lieu de lui apporter la liberté et ses attributs que sont entre autres la souveraineté, la prospérité matérielle et le développement humain, Mr Bazoum n’a rien fait d’autres que maintenir le Niger parmi les pays les plus pauvres du Monde. Par ailleurs, l’idée même d’un rétablissement de Bazoum au pouvoir relève de la chimère. Les Français, le somnambule président du Nigéria Bola Tinutu, et les maîtres esclaves de la CEDEAO soutiendraient toujours la ligne dure, mais ils seraient entrain de se voir court-circuiter par les Américains et certains pays de l’Union Européenne à l’instar de l’Allemagne, l’Italie partenaires jusqu’alors important du Niger. Même face a ces derniers, le CNSP doit rester vigilant car les occidentaux ne sont pas des partenaires fiables dans notre marche pour la libération totale des territoires africains de la présence des colons.

Le front anti-intervention militaire de la CEDEAO s’élargit. Outre le Mali, le Burkina Faso, la Guinée, la Mauritanie, l’Algérie qui se sont déclarés opposés à une option militaire occidentale ou pseudo-africaine, le Togo et le Benin se montrent très réticents. Bola Tinubu lui-même est confronté à une opposition forte contre cette guerre dans son pays. Les marches de ces dernières heures dans la ville nordique de Kano en sont une illustration parmi tant d’autres du manque de popularité sur l’ensemble du continent de toute démarche de guerre qui oserait occulter le grand vent de souveraineté qui souffle en Afrique de L’ouest et du Centre.

Depuis la chute de Bazoum, le visage de la libération, le général Abourahamane ,continue de pousser ces pions sur l’échiquier. En mobilisant des trentaines de milliers de Nigériens dans le stade de football de Niamey, le CNSP, démontre aux yeux du monde qu’il a une légitimité démocratique. De quoi convaincre les fanatiques de l’idéologie appelée démocratie. Il nomme de nouveaux chefs de l’armée et de la garde nationale, de nouveaux patrons de régions, un nouveau gouvernement avec à sa tète le Premier ministre Ali Mahaman Lamine Zeine.

Ali Mahaman Lamine Zeine

Pendant ce temps, le professeur de philosophie, Mr Bazoum est dans la résidence présidentielle enfermé avec son épouse et son fils, tous apparemment privés d’électricité comme de milliers d’autres nigeriens victimes de sanctions de la CEDEAO. L’on espère que ce philosophe fera montre de sagesse et appellera à la levée des sanctions par respect pour son pays et par amour pour sa famille.

Dongmo Dhyan Anand

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Latest Articles

La CREME HEBDO Would you like to receive notifications on latest updates ? No Yes